Deux hommes sont accusés d’avoir mis le feu à six bâtiments de Brome-Missisquoi dans la nuit du 29 au 30 décembre, dont ce bâtiment agricole de Frelighsburg­.
Deux hommes sont accusés d’avoir mis le feu à six bâtiments de Brome-Missisquoi dans la nuit du 29 au 30 décembre, dont ce bâtiment agricole de Frelighsburg­.

Incendies dans Brome-Missisquoi accusés retrouvent leur liberté d’ici au procès

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Les deux hommes arrêtés pour avoir allumé six incendies dans Brome-Missisquoi, en décembre, ont pu recouvrer leur liberté en attendant leur procès.

À LIRE AUSSI: Série d’incendies criminels dans Brome-Missisquoi [VIDÉO]


La cour a accepté de libérer sous conditions Jonathan Grondin Bastille et James Hobbs Happyjack, sur qui pèsent des accusations d’incendies criminels et d’introduction par effraction.

Tous deux devront demeurer jour et nuit dans une maison de thérapie différente, a statué la juge Danielle Côté, de la Cour du Québec.

Ils devront respecter toutes les règles de ces établissements et se constituer prisonniers s’ils quittent ou sont expulsés. Le tribunal leur interdit également de communiquer entre eux. La suite de leur dossier a été fixée en mars.

Six feux allumés

On reproche à M. Grondin Bastille, 24 ans de Cowansville, et à M. Hobbs Happyjack, 21 ans de Dunham, d’avoir allumé six feux dans la nuit du 29 au 30 décembre dernier à Dunham, Frelighsburg et Saint-Armand.

Leurs cibles ont été trois bâtiments agricoles, une grange convertie en résidence, une maison-entrepôt et une érablière. Allumés dans un laps de temps de deux heures trente, les bâtiments ont tous, sauf l’érablière, été complètement détruits. Il n’y a pas eu de blessé.

Le duo aurait été fortement intoxiqué par l’alcool et la drogue durant ses crimes ; il a d’ailleurs été arrêté après être revenu sur les lieux d’un des sinistres, en demandant aux autorités présentes « s’il y avait des morts ».

M. Grondin Bastille et M. Hobbs Happyjack sont respectivement défendus par Nicolas Cossette et Audrey Parizeau, tandis que Véronique Gauthier représente la poursuite.

Malgré son jeune âge, M. Grondin Bastille a de nombreux antécédents criminels : voies de fait, méfaits, vol, recel, production de drogue, complot, introduction par effraction, possession d’outils de cambriolage, alcool au volant et plusieurs chefs de non-respect de ses conditions de remise en liberté.

M. Hobbs Happyjack, de son côté, était en attente de procès pour voies de fait armées, méfaits et menaces.