Les dommages reliés au plus récent incendie survenu au 347 de la rue Saint-André Ouest sont concentrés au sous-sol.

Incendie suspect dans une maison de chambres à Granby

Un incendie d’origine suspecte s’est déclaré tard dimanche soir dans une maison de chambres de la rue Saint-André Ouest, à Granby. Déjà endommagé par les flammes en mai puis en juillet, le bâtiment est présentement inhabité.

Vu les circonstances, le Service de police de Granby a lancé une enquête pour étudier une piste criminelle. « Il y a des gens qui ont été rencontrés. On a également vérifié les images de caméras de surveillance situées à proximité. On est toujours en analyse pour déterminer les causes et circonstances de cet incendie », a expliqué la porte-parole Caroline Garand, lundi en fin d’après-midi.
Plus de détails pourraient être rendus publics cette semaine. L’assistance de la Sûreté du Québec n’a pas été demandée à ce stade-ci.

Dommages considérables 

Après qu’un passant ait alerté les services d’urgence, les pompiers de Granby ont été appelés vers 22 h 50, dimanche, pour un début d’incendie au 347, rue Saint-André Ouest. Un citoyen a également contacté La Voix de l’Est vers minuit pour signaler un important déploiement dans le secteur.
« À notre arrivée, il y avait peu de fumée, mais beaucoup de flammes. Ça aurait débuté [...] au sous-sol », a raconté Bruce Judge, chef aux opérations pour le Service des incendies de Granby. 

Le feu a toutefois pris de l’ampleur, si bien que la trentaine de sapeurs a été à l’œuvre durant plus de quatre heures. « Les propriétaires n’ont pas encore eu le temps de tout vider, donc il y avait énormément de choses qui nuisaient à notre travail. On devait s’assurer d’éteindre tous les feux secondaires. »

Puisque d’autres sinistres sont également survenus ces derniers mois à cette adresse, il est difficile de chiffrer les plus récents dommages, qui sont toutefois considérables. « Dans le sous-sol, il y a des parties du premier plancher qui n’existent plus. Ça s’est effondré parce que le feu était assez intense dans ce secteur », a expliqué Bruce Judge.

Puisqu’une enquête policière est en cours, M. Judge ne pouvait fournir d’hypothèses sur l’origine des flammes.

Un 3e feu en cinq mois

Plusieurs usagers du réseau social Facebook ont souligné qu’il ne s’agissait pas du premier incendie à cette adresse.

Le 23 mai dernier, La Voix de l’Est rapportait qu’un brasier d’origine électrique avait lourdement endommagé le bâtiment, jetant une vingtaine de chambreurs à la rue. On avait d’abord craint qu’un locataire fût coincé à l’intérieur, mais l’évacuation avait été complétée à temps. Seize chambreurs avaient été pris en charge par la Croix-Rouge après cet incendie, qui avait causé des dommages évalués à plus de 50 000 $. 

Les pompiers sont également intervenus au même endroit au mois de juillet. Il n’a toutefois pas été possible de confirmer la cause dans ce cas-ci.