Un immeuble à logements multiples est la proie des flammes à Granby. Les pompiers combattent toujours l'incendie.

Incendie à Granby : sept personnes à la rue

La Granbyenne Vicky Doire dormait à poings fermés quand son voisin a cogné à sa porte, mercredi midi. En constatant que le triplex était en flammes, l’homme s’est empressé de faire évacuer le bâtiment. Une autre occupante a été tirée du lit.

Cet incendie, qui a causé des dommages évalués à plus de 200 000  $, jette sept personnes à la rue. 

« J’étais couchée quand le voisin d’en face m’a réveillée, raconte Mme Doire, en compagnie d’un ami et de son chien. On a sorti tout de suite, mais il n’y avait pas de boucane dans l’appartement et le système d’alarme ne s’est pas déclenché. »

Pourtant, le feu courait juste au-dessus de sa tête, dans la toiture du triplex de la rue Gilles-Cadorette. Tous les locataires présents dans l’immeuble de construction récente ont évacué. Personne n’a été blessé. 

À des kilomètres à la ronde, un imposant panache de fumée qui se dégageait de la bâtisse était visible. À l’arrivée des pompiers, le feu avait déjà gagné environ 75  % de la toiture, décrit Bruce Judge, chef aux opérations au Service des incendies de Granby. Les flammes ravageaient également l’arrière du bâtiment, à l’extérieur. 

Chaleur

Le toit menaçait de s’effondrer. « On a fait une attaque défensive parce que c’était trop dangereux d’entrer », explique M. Judge. Il a fini par céder, créant du coup plusieurs foyers d’incendie qui étaient plus difficiles à atteindre pour les sapeurs. Ces derniers ont eu recours à leur camion-échelle pour intervenir au niveau de la toiture. 

Pas moins de trois alarmes ont été sonnées pour cette intervention, notamment pour permettre un relais plus fréquent à la trentaine de combattants du feu qui ont travaillé alors que le mercure affichait autour de 25 degrés Celcius. 

Un pompier a subi des brûlures aux poignets pendant l’intervention. Il a été traité par les parmédics postés sur place. 

Les bénévoles du service d’aide aux sinistrés de l’Unité de sauvetage de la Haute-Yamaska se sont également rendus sur place pour offrir des rafraîchissements aux sapeurs et aux locataires évincés de l’immeuble en flammes. 

Dommages considérables

Le triplex a subi des dommages considérables. Ils sont estimés à plus de 200 000 $. Impossible pour les sept locataires de pouvoir réintégrer leur logement. La Croix-Rouge les a donc pris en charge en leur offrant une aide d’urgence pour une durée de 72  heures en hébergement, vêtements et repas. 

Le recouvrement extérieur d’un triplex situé à côté de celui endommagé par les flammes a fondu à certains endroits en raison de la chaleur qui se dégageait du brasier. 

Les pompiers ont établi que le feu s’est déclaré à l’extérieur du bâtiment dans la partie arrière. Ils ont investigué les lieux afin d’établir la cause du braiser. Celle-ci n’était pas connue, mercredi, mais l’hypothèse que le feu soit d’origine suspecte a été écartée.