La société par actions enregistrée à Montréal a récemment déposé une offre d’achat à la Ville pour un site de 830 650 pieds carrés (près de huit hectares), rue Ronalds, à proximité de l’aéroport régional.
La société par actions enregistrée à Montréal a récemment déposé une offre d’achat à la Ville pour un site de 830 650 pieds carrés (près de huit hectares), rue Ronalds, à proximité de l’aéroport régional.

Imposant projet dans le parc scientifique de Bromont

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
La Ville de Bromont vient de conclure un important partenariat avec une entreprise en voie de s’établir à quelques pas de l’aéroport Roland-Désourdy, a appris La Voix de l’Est. Unither Bioélectronique, filiale d’une multinationale tentaculaire pilotée par Martine Rothblatt­, souhaite y construire des aéronefs à motorisation électrique pour livrer des organes destinés à la transplantation dans des hôpitaux à travers l’Amérique.

Bromont est « incontournable » pour les compagnies de haute technologie, et l’arrivée prochaine d’Unither Bioélectronique en est la preuve, a soutenu en entrevue la mairesse Pauline Quinlan. « On travaille depuis des années au développement de notre parc scientifique. Cette [nouvelle], qui doit enclencher un très beau projet, découle d’un véritable travail d’équipe », a-t-elle indiqué.

Le projet a été porté par la Ville, la Régie aéroportuaire régionale des Cantons-de-l’Est (RARCE), le CLD Brome-Missisquoi et le bras économique de Bromont, la SODEB. Une entente entre ces joueurs et les représentants de l’important conglomérat les empêche de dévoiler la teneur de l’initiative.

La Voix de l’Est est remonté à la source. Une recherche a permis d’apprendre que le premier actionnaire d’Unither Bioélectronique est Lung Biotechnology PBC, une société américaine spécialisée dans la fabrication d’organes voués à la transplantation, présidée par la réputée femme d’affaires Martine Rothblatt. L’avocate de formation a notamment fondé l’entreprise de radio par satellite Sirius.

Un des projets phares portés par Mme Rothblatt se décline sous l’acronyme EPSAROD (Electrically-Powered Semi-Autonomous Rotorcraft for Organ Delivery). Ce programme a pour but de développer des aéronefs ayant une faible empreinte écologique, principalement électriques, pour distribuer dans des hôpitaux aux quatre coins de l’Amérique du Nord des organes produits au sein d’entités de la multinationale. 

D’ailleurs, l’essai d’un hélicoptère à motorisation électrique, une première mondiale, avait été réalisé il y a près d’un an en partenariat avec la firme Tier 1 Engineering. Le lien avec Bromont a récemment fait surface. Dans une vidéo en ligne, Martine Rothblatt indique que les aéronefs découlant du projet EPSAROD seront produits dans une usine établie à Bromont.

Vaste projet

La superficie de terrains ciblés par Unither Bioélectronique ne laisse aucun doute qu’il s’agit d’un imposant projet. En effet, la société par actions enregistrée à Montréal a récemment déposé une offre d’achat à la Ville pour un site de 830 650 pieds carrés (près de huit hectares), rue Ronalds, à proximité de l’aéroport régional. La transaction avoisine 2,5 M $. L’entreprise a aussi une option d’achat valide pour cinq ans, toujours au prix de 3 $ le pied carré, sur une parcelle de terrain de 11 550 pieds carrés contiguë au lot principal. 

De plus, la RARCE a accepté l’offre d’achat de la compagnie pour un terrain d’environ 107 000 pieds carrés dans la rue du Ciel. Le prix de vente est d’un peu plus de 600 000 $. Selon nos informations, la firme prévoit notamment y construire un hangar d’aéronefs, des bureaux et autres infrastructures, de même que des voies de circulation vers l’usine puis des aires de trafic. 

Unither Bioélectronique pourra également obtenir pour près de 380 000 $ une partie du site adjacent au lot de la rue du Ciel, d’une superficie d’approximativement 63 000 pieds carrés. L’option d’achat devra être exercée d’ici les quatre prochaines années, sans quoi l’acquéreur bénéficiera d’un droit de premier refus. 

Selon le DG de la SODEB, Charles Lambert, la compagnie souhaite lancer les travaux « d’ici un an ». Outre la production, l’aspect « recherche et développement » est au cœur du projet d’Unither Bioélectronique, mentionne M. Lambert, qui précise que la proximité avec le Centre de recherche en microélectronique (C2MI) à Bromont a été un « grand incitatif » pour la firme à venir s’y établir. La présence au Québec d’importants joueurs de l’industrie énergétique, dit-il, entre autres l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) à Varennes, puis en aéronautique comme Bell Helicopter et Bombardier, a également pesé dans la balance. 

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires du vice-président d’Unither Bioélectronique, Avi Halpert.