Les réparations de la fuite d’eau qui a perturbé la circulation boulevard Industriel mercredi devaient être complétées au cours de la journée.

Importante fuite d'eau dans le parc industriel

Une fuite d’eau souterraine dans le parc industriel de Granby a provoqué mercredi un événement qualifié de « rarissime » par l’administration municipale : la chaussée s’est affaissée sous une voiture qui tentait de contourner les policiers et employés municipaux sur place.

« Il n’y avait pas d’indices perceptibles, de la part des policiers ou du contremaître de garde, qu’il y avait un trou qui s’était créé sous la chaussée », a fait valoir le directeur général de la Ville, Michel Pinault. 

La Ville a décidé de tenir un point de presse pour éclaircir la situation mercredi, car les images de la voiture en fâcheuse position se sont vite mises à circuler sur les réseaux sociaux. L’automobiliste n’a pas été blessé. Il semble qu’il était en route vers Montréal, où il travaille à la construction du nouveau pont, lorsque cela s’est produit. 

La fuite d’eau a été signalée par la Centrale de traitement d’eau de Granby qui a noté une anomalie dans le système, vers 4 h 15 près de l’usine Hershey, située boulevard Industriel. Le contremaître de garde aux travaux publics ainsi que les policiers se sont rapidement rendus sur place. C’est peu de temps après que l’automobiliste s’est aussi présenté à cet endroit. 

Il y avait bel et bien de l’eau, mais aucun trou dans la rue, affirme M.  Pinault. Le passage de la voiture a provoqué l’affaissement de la chaussée dont la fondation avait été minée, dit-il. 

Selon le DG, il n’y a eu aucun impact. L’avant de la voiture s’est doucement enfoncé dans la cavité, fraîchement formée sous son poids. 

Responsabilité

Le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas, affirme que des barricades ont rapidement été mises en place par la suite pour créer un périmètre de sécurité. La voiture a été remorquée sans délai, si bien qu’à 6 h, il n’y avait plus de trace de l’incident.

La Ville devra maintenant déterminer « s’il y a eu faute de sa part et de celle de l’automobiliste qui a pris l’initiative de s’aventurer vers l’eau qui couvrait le sol, alors qu’il y avait des policiers et un représentant des travaux publics sur place », souligne le directeur général. 

Chose certaine, le conducteur fera sûrement appel à son assureur, qui lui se tournera vers la Ville. 

Réparations

L’administration municipale affirme par ailleurs avoir été en contact, très tôt mercredi matin, avec les entreprises du parc industriel touchées par la situation. 

« On les a informées, mais aucune, au moment où on se parle, n’a arrêté sa production. On pense entre autres aux entreprises qui utilisent l’eau dans leurs procédés, comme Hershey. Elles ont décidé de continuer et c’est correct », note Michel Pinault. 

« Nos gens de contrôle et qualité à l’usine (de filtration) sont en communication directe avec les gens d’Hershey. Ils vérifient avec leur production la nécessité ou pas d’interrompre ou de faire certains contrôles, au niveau de la turbidité par exemple, et d’ajuster au besoin leur production. On est en communication constante avec ces gens-là », a pour sa part assuré le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire, Gabriel Bruneau. 

C’est le bris d’une conduite de 300 millimètres (12 pouces) qui est à l’origine de ce début de journée mouvementée. Le bris en soi n’a toutefois rien d’exceptionnel. C’est plutôt le sort réservé à la voiture qui s’est aventurée sur la chaussée minée qui l’est, relève le directeur général de la Ville. 

« On gère environ 30 à 40 (fuites) par année, ce qui est normal quand on gère un réseau aussi important que le nôtre. Ce qui est rarissime, c’est de se retrouver avec une voiture dans le fond d’un trou à l’occasion d’une fuite d’eau », fait valoir M. Pineault. 

Selon lui, les réparations devaient être complétées mercredi autour de 20 h, sans que l’émission d’un avis d’ébullition local soit nécessaire. 

Certains citoyens du secteur ont pu observer un phénomène d’eau brouillée. Ils étaient invités à faire couler leur eau un peu plus par le bain. Une variation de la pression était aussi possible, mais elle demeurait normale dans la situation. 

La chaussée s’est affaissée sous une voiture qui tentait de contourner les policiers et le contremaître des travaux publics sur place pour constater la présence d’une fuite d’eau.