Les circonstances entourant la collision qui a coûté la vie à une femme de 29 ans en février 2017 seront révélées lors d’un éventuel procès, a annoncé le coroner responsable de l’investigation.

Impact mortel à Bromont: les causes dévoilées au procès

Les circonstances entourant la collision qui a entraîné le décès d’une femme en février 2017 à Bromont ne seront révélées que lors d’un éventuel procès, a annoncé le coroner Jacques Ramsay, responsable de l’investigation.

Une femme de 29 ans, Marie-Pier Chabot-Hautcoeur, roulait sur la route 139 à Bromont le soir du 19 février quand la tragédie s’est produite. Un homme au volant d’une camionnette qui arrivait du chemin Magenta a omis d’effectuer son arrêt obligatoire et a embouti la voiture conduite par la victime. Celle-ci n’a pas survécu à l’impact.

Dans son rapport d’investigation, le coroner conclut que la jeune femme est décédée des blessures infligées lors d’un accident. Il ne dévoile toutefois pas les circonstances exactes du décès puisqu’elles « seront révélées lors d’un éventuel procès devant la Cour du Québec », écrit-il. Il précise également que la loi sur la recherche des causes et des circonstances des décès ne donnent pas au coroner le droit de procéder à des analyses toxicologiques chez l’autre conducteur toujours vivant.

Le conducteur à l’origine de la collision, Michel Martel, fait face à des accusations criminelles. Sept mois après la tragédie, le Cowansvillois de 43 ans a été arrêté par les policiers de Bromont. Il est soupçonné d’avoir conduit avec les capacités affaiblies par l’alcool le soir du drame. Il demeure en liberté pendant les procédures judiciaires.