Une dizaine d'acteurs ont pris part à la reconstitution d'une bataille lors de la Première Guerre mondiale, samedi après-midi, à Lac-Brome.

Immersion dans la Grande Guerre au Musée du comté de Brome

Après quelques échanges de tirs, des soldats du Royal 22e Régiment canadiens ont eu le dessus sur leurs opposants allemands, samedi après-midi, au cœur du village de Lac-Brome. Organisée dans le cadre d’une journée de commémoration de la Grande Guerre, cette reconstitution historique faisait référence aux derniers actes du premier conflit mondial survenu sur les champs de bataille européens, il y a plus d’un siècle.

La Société historique du comté de Brome en a mis plein la vue aux amateurs d’histoire, samedi. En plus de la reconstitution historique présentée en après-midi, les visiteurs ont eu droit à un concert de Not’e histoire, un ensemble acoustique qui écrit et interprète des pièces rappelant les faits d’armes du Canada.

Pour ajouter à l’immersion dans cet univers vieux d’un siècle, un estaminet (endroit où étaient distribués les repas aux soldats) a été déployé devant l’entrée du musée. Les organisateurs y ont servi un ragoût de bœuf semblable à celui destiné aux soldats britanniques durant la Première Guerre mondiale.

Le représentant de La Voix de l’Est a pu goûter à ce plat... qui n’a pas traversé les années grâce à ses prouesses gastronomiques. Il s’agissait essentiellement d’un bouillon, de morceaux de bœuf en conserve de piètre qualité, et de patates. Le tout accompagné d’un biscuit salé dur comme la roche. De quoi remplir l’estomac des soldats et les garder de mauvaise humeur et féroces sur le champ de bataille !

« Les armées n’étaient pas encore organisées comme aujourd’hui avec de la nourriture protéinée et adaptée aux besoins des soldats », souligne Jeremy Reeves, conservateur du musée. 

De l’utilité de la guerre

Le musée du comté de Brome a également invité le professeur retraité Michael Childs, de l’Université Bishop’s, qui a invité les personnes intéressées à se questionner sur les effets de ce premier conflit majeur. « Les gens pensent souvent que ce fut une guerre inutile qui n’a rien réglé, puisque la Seconde Guerre mondiale est survenue peu de temps après. Mais ce n’est pas exactement la vérité. Il faut se replacer dans le contexte où les nations européennes avaient une vision expansionniste, notamment en Afrique. La Grande Guerre a notamment permis de régler cet aspect », indique l’historien dont les travaux se concentrent sur l’histoire moderne du Royaume-Uni et de l’Europe.

La plupart des activités se voulaient toutefois ludiques et familiales. « Nous ne voulions pas offrir que des activités intellectuelles. C’était important pour nous que la commémoration soit grand public et immersive », insiste Jeremy Reeves. 

La Grande Guerre sera de nouveau soulignée au musée du comté de Brome lors du Jour du Souvenir, le 11 novembre prochain. Il s’agira toutefois d’une cérémonie solennelle pour honorer la mémoire des anciens combattants et celle de ceux qui ont perdu la vie durant cette guerre.