Trois étudiantes du campus Knowlton de l’Université Bishop’s : Christine Stone-Hewer, Pamela Dillon et Isabelle Daval.

«Ils ont tout voulu faire en catimini»

Plusieurs étudiants sont autant en colère que déterminés à faire renverser la décision de l’Université Bishop’s de larguer son campus à Knowlton.

« On veut convaincre l’administration de l’université que son campus secondaire et les cours qui y sont dispensés sont importants. On veut provoquer une discussion avec eux. On dirait qu’ils ont tout voulu faire en catimini. Ils ne sont jamais venus à Knowlton, ils n’ont jamais communiqué avec nous pour nous faire part de leur intention — c’est la secrétaire qui nous a annoncé la nouvelle. Il n’y a eu aucune consultation avec les étudiants, et c’est nous qui, en fin de compte, sommes les plus affectés. On veut faire de notre mieux pour renverser la décision et faire partie de la solution », réagit la porte-parole du groupe d’étudiants, Christine Stone-Hewer.

Depuis plus de deux semaines, une pétition circule pour le maintien du campus Knowlton. Plus de 500 signatures ont jusqu’à présent été recueillies, dépassant ainsi l’objectif initial qui était de 300. La porte-parole du groupe
d’étudiants déposera le document lors de la prochaine réunion du conseil d’administration de l’université, le 24 novembre.

Une lettre allant dans le même sens a également été envoyée, vendredi dernier, aux ministres responsables de l’Estrie, Luc Fortin, de la Montérégie, Lucie Charlebois, des Relations avec les Québécois de langue anglaise, Kathleen Weil, et de l’Enseignement supérieur, Hélène David, ainsi qu’au premier ministre Philippe Couillard et au député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis.

« On va continuer à mettre de la pression et à demander des explications », assure Mme Stone-Hewer. « Et on souhaite que l’université revienne sur sa décision et entre en discussion avec nous. Beaucoup d’étudiants ici sont prêts à faire une campagne de financement, certains sont même assez fortunés pour allonger eux-mêmes les sommes nécessaires pour payer les rénovations. »

Fermeture en cours

Le fait que la commission scolaire Eastern Townships ait approché Bishop’s pour lui proposer des locaux à louer est une nouvelle encourageante, dit Mme Stone-Hewer, même si elle et les autres étudiants ont un peu l’impression que l’université a déjà lancé la serviette à propos du maintien d’une offre de cours à Knowlton. 

« S’ils cherchaient vraiment d’autres locaux, pourquoi fermer le campus en janvier ? Pourquoi ne pas attendre de trouver l’autre endroit avant ? Les rénovations ne sont pas si urgentes, il n’y a pas d’eau qui nous coule sur la tête ! », fait valoir Pamela Dillon, qui a entamé son baccalauréat en Beaux-Arts à Knowlton il y a huit ans.

« On a l’impression que leur terme ‘suspendu’ est utilisé seulement pour laisser planer un minimum d’espoir, mais que leur décision est prise depuis longtemps de fermer, poursuit-elle. Ils ont commencé à se départir des livres, ils ont enlevé beaucoup de matériel dans les locaux-ateliers, moins de cours sont offerts cet automne... C’est comme si la fermeture se faisait lentement. »