« Ça débordait. On ne pouvait rien faire. On a essayé de canaliser l’eau pour qu’elle aille dans le drain. On a fait ça pendant trois heures. On était épuisés », affirme Alessandra Masutti dont le sous-sol a été inondé.

Ils croient la Ville responsable de leurs refoulements d'égout

Alessandra Masutti et René Houle commencent à regretter leur décision de s’être installés à Cowansville. Vendredi dernier, le couple a vécu un deuxième refoulement d’égout en moins de 10 mois. Ils sont convaincus que la Ville en est responsable. Celle-ci effectuera lundi des analyses pour aller au fond des choses.

Le cauchemar des Masutti-Houle a commencé à la fin de février 2017, quelques semaines après avoir emménagé dans leur nouvelle maison, rue Saint-Laurent. Leur sous-sol a été inondé lors d’une période de redoux. La montée des eaux du ruisseau Alder, au bout de leur rue, a eu pour effet d’envahir la conduite d’égout unitaire, ce qui a provoqué des refoulements. Remplacer les biens et meubles et reconstruire leur sous-sol leur a coûté 55 000 $.

La maison n’était pas munie d’un clapet pour empêcher le refoulement, indique M. Houle. Il a remédié à la situation en mandatant un plombier d’en installer un. « Avec ça, on pensait que tout allait être correct, qu’on allait être à l’abri », souligne-t-il.

Le redoux et les fortes pluies de la semaine dernière ont prouvé que ce n’était pas le cas. Vendredi, vers 20 h 30, Mme Masutti est allée au sous-sol pour prendre quelque chose dans sa chambre froide. Dans la salle de bains, elle a aperçu une grande tache sur le plancher. Il s’agissait d’eau foncée mêlée à des grains de sable. La toilette était par ailleurs sur le point de déborder et de l’eau foncée sortait également du drain de la douche. « J’ai essayé de débloquer la toilette, mais l’eau s’est mise à couler partout », raconte-t-elle.

Mme Masutti a appelé des amis pour l’aider. Ensemble, en utilisant une multitude de serviettes, ils ont fait dévier l’eau jusque vers le drain où la pompe fonctionnait depuis plus de 24 heures. Son conjoint, qui était alors aux États-Unis, lui a dit de téléphoner aux pompiers. Ceux-ci ont passé un tuyau par une des fenêtres du sous-sol pour évacuer l’eau.

Le mal était fait, soutient M. Houle, l’eau s’étant infiltrée à travers le plancher flottant, dit-il en nous faisant visiter son sous-sol. Des ouvriers ont arraché tout le plancher. « Même pas vieux de neuf mois », a fait remarquer le propriétaire.

Résidus et anomalie

Le plombier embauché par le couple a eu recours à une petite caméra pour examiner le tuyau d’évacuation des eaux grises de la maison. Sa conclusion est que le clapet anti-refoulement ne s’est pas refermé parfaitement, et ce, parce que des résidus l’en empêchaient. Cela l’amène à penser que d’autres refoulements se seraient produits au fil des mois. Il aurait par ailleurs repéré une anomalie dans le conduit de la ville, affirme M. Houle. Elle pourrait expliquer les refoulements, pense-t-il.

Un refoulement d’égout s’est aussi produit dans la maison voisine des Masutti-Houle, a constaté La Voix de l’Est. Un boyau sortait d’une des fenêtres du sous-sol et des débris jonchaient le sol dans l’entrée.

M. Houle espère que la Ville prendra ses responsabilités. « On est assurés. Ce n’est pas ça le problème. On veut pouvoir profiter de notre maison. Ce n’est pas juste de l’eau qui est entrée. Ce sont des eaux d’égout. On vit là-dedans », déplore-t-il.

La situation a poussé le couple à discuter d’un déménagement dans une autre municipalité.

NOMBREUSES CAUSES

Les causes des refoulements d’égout peuvent être nombreuses, souligne Sylvain Perreault, directeur des travaux publics de la Ville de Cowansville. L’absence d’un clapet anti-refoulement et l’eau des gouttières qui se déverse directement dans l’égout municipal sont parmi les plus fréquentes, énumère-t-il. Un mauvais fonctionnement du conduit municipal pourrait également être en cause, reconnaît-il.

D’importants travaux ont été effectués l’été dernier dans le quartier pour moderniser les conduits souterrains en plus d’y ajouter un égout pluvial. Les travaux ne concernaient cependant pas la rue Saint-Laurent, qui n’est pas desservie par un égout pluvial. Aucune intervention à court terme n’est prévue pour en installer un. « On en a fait un bon bout, mais il en reste à faire », dit-il.

Une équipe des travaux publics sera sur la rue Saint-Laurent lundi, a dit M. Perreault. Une caméra miniature sera utilisée pour inspecter la conduite. Les images recueillies permettront de déterminer ce qui provoque les refoulements. « Si on a un problème avec notre conduit, on va creuser et le réparer », assure-t-il.

Les problèmes de refoulements ne sont pas isolés à la rue Saint-Laurent, signale M. Perreault. Dans le secteur du boulevard des Vétérans, quatre propriétaires ont également eu des refoulements d’égout dans leur sous-sol vendredi dernier.