Le docteur Jacques Bergeron, Benoit Léveillé, Christian Vachon et Pierre Lavoie ont annoncé le retour de la Grande marche dans huit villes de la région, les 18, 19 et 20 octobre.

Huit «Grandes marches» organisées dans la région

Les médecins de famille sont invités à prescrire la Grande marche à leurs patients, un événement inclusif et rassembleur qui se déroulera dans plus de 100 villes québécoises, dont Granby. Les citoyens, eux, sont invités à enfiler leurs chaussures pour se joindre au mouvement et à adopter de saines habitudes de vie, un pas à la fois.

« On se dirige tout doucement vers un mouvement social où on respecte la personne qui est devant nous. On ne la juge pas, on ne la discrimine pas. On lui donne un rendez-­vous, celui de marcher avec son médecin », a expliqué Pierre Lavoie, à l’origine du Grand défi du même nom, lors de la conférence de presse organisée mardi. 

Plus de 100 villes québécoises participeront au mouvement. Huit Grandes marches se dérouleront dans la région les 18, 19 et 20 octobre, notamment à Shefford, Cowansville et Sainte-Cécile-de-­Milton. À Granby, les citoyens ont rendez-vous au parc Daniel-Johnson le 19 octobre. L’animation débute dès 8 h 30 et le départ sera donné à 10 h.

Un parcours de cinq kilomètres non chronométré se déroulera dans les rues de Granby. « Ce n’est pas tant important le nombre de marcheurs. On veut tout simplement que les gens viennent marcher pour leur santé, pour promouvoir les saines habitudes de vie », fait valoir Benoit Léveillé, organisateur de la Grande marche de Granby, qui estime que 1500 marcheurs seront au rendez-vous. 

« Longtemps, on a cru que le sport serait la solution pour rendre la société plus active. Non, le sport c’est souvent avec des chronomètres. Ça exclut, ça met des enfants sur les bancs lors de tournois de volley­ball pour gagner une bannière dans le gymnase. Les événements sans chronomètre, ce sont les événements qui changent la société. Plus on va avancer dans une société inclusive, plus on va imiter les pays scandinaves, qui ont des bilans de santé publique extraordinaires », ajoute M. Lavoie. 

Le Québec, « leader mondial »

Les Grandes marches, organisées en collaboration avec la FMOQ et le Grand défi Pierre Lavoie, sont devenues un événement « unique au monde », estime-t-il : « Vous êtes [parmi] les premiers médecins à prescrire [la marche] sur la planète. Il y a ceux de Strasbourg qui l’ont fait il y a cinq ans et ils sont encore une vingtaine de médecins. Le Québec est un leader mondial au niveau de la prévention. »

Les bienfaits de l’activité physique, et surtout la marche, sont tangibles. Bouger prévient plusieurs maladies cardio-vasculaires, métaboliques, le diabète et l’embonpoint, énumère le docteur Jacques Bergeron, président de l’Association des médecins omnipraticiens d’Yamaska, membre du conseil d’administration de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et médecin de famille à Granby.

« Au niveau psychologique, de plus en plus d’études démontrent les bienfaits sur la santé mentale. Inciter nos patients à marcher, ça fait partie du traitement qui n’est pas une molécule, mais qui a des effets, dans plusieurs cas, aussi bénéfiques ou plus bénéfiques que les molécules », explique-t-il. 

La présidence d’honneur de la Grande marche de Granby a été confiée à Christian Vachon, qui a donné son nom à une fondation qui vient en aide à plus de 1000 enfants issus de milieux défavorisés dans plus de 80 écoles de l’Estrie. « On s’assure qu’ils puissent avoir une belle rentrée scolaire et qu’ils aient les éléments de base pour réussir et se développer à l’école, explique-t-il. Je crois beaucoup en l’activité physique. Je crois beaucoup que les jeunes ont besoin de se découvrir à travers le sport, les activités. Et pour rester jeune longtemps, il faut bouger ! »

Cette activité est accessible à tous, rappelle Dr Bergeron. « La marche est une activité démocratique. Ce n’est pas compétitif. Avant de courir, on commence par marcher. C’est la première activité qu’on va faire comme enfant. Et on va faire ça toute notre vie. C’est simple : ça prend une paire de chaussures, puis on met un pied devant l’autre et on répète la recette. »

« C’est une étincelle dans l’année, qui, on l’espère, va embraser le brasier de la fibre de l’activité physique chez la population et développer ces saines habitudes-là », conclut le médecin. 

La programmation complète de la Grande marche est disponible au www.onmarche.com.