«Je serais très surpris, puis si c’est le cas, je vais intervenir, qu’une personne paie à l’avance [son stationnement], sans possibilité, à la sortie, d’avoir un remboursement», a indiqué le ministre Barrette.

Horodateurs du CIUSSS: Barrette ouvert à revoir le mode de paiement

Le sujet des horodateurs dans les établissements de santé du CIUSSS de l’Estrie a occupé une partie des débats à l’Assemblée nationale, mercredi. Le député de Granby, François Bonnardel, a alors interpellé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, concernant ce qu’il qualifie de « nouvelle taxe déguisée ».

François Bonnardel estime qu’un changement de cap du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie s’impose à propos du paiement des stationnements via les nouveaux horodateurs sur son territoire. « Je suis allé constater de visu à l’hôpital comment ça fonctionne dans la région. Les gens sont complètement dépourvus. Ça fait six mois que ça dure. Ce sont les agents de sécurité qui supportent les familles pour leur donner la marche à suivre. C’est d’un ridicule complet, a-t-il indiqué en entrevue. Et établir le nombre d’heures qu’ils vont passer à l’hôpital, c’est à peu près impossible à faire en 2018. »

Lire aussi: «Moins de 10 plaintes» depuis lundi

Rappelons que pour payer son stationnement dans un établissement du CIUSSS de l’Estrie, chaque usager doit désormais entrer le numéro de plaque d’immatriculation de sa voiture. Il faut au préalable choisir la durée de stationnement. Seuls les paiements par carte de crédit ou en argent (montant exact) sont acceptés. Les gens conservent maintenant le reçu imprimé par l’horodateur plutôt que de le laisser dans leur véhicule. La première demi-heure (par tranche de 12 heures) est gratuite. La somme à débourser croît ensuite graduellement, pour atteindre un maximum de 7,50 $ par jour.

Remboursement ?
Pour dénouer l’impasse, le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec a décidé d’interpeller directement en chambre le ministre de la Santé. « L’automne dernier, le CIUSSS de l’Estrie a trouvé une façon de faire plus d’argent avec ses stationnements en installant de nouveaux horodateurs dans ses établissements. Désormais, les usagers paient en arrivant, plutôt que de régler la facture en quittant. Concrètement, on demande aux usagers de payer pour leur séjour en entier dès leur arrivée, alors qu’ils ne savent même pas combien de temps ils vont rester. Résultat, plusieurs personnes paient trop cher pour la durée de leur stationnement. C’est une autre façon d’aller chercher encore plus d’argent dans la poche des gens. [...] Les usagers du CIUSSS n’apprécient pas ce changement. [...] Est-ce que le ministre va demander au CIUSSS de revoir sa décision, qui empire la vie des gens et leur coûte plus cher ? »

Répliquant aux propos de son vis-à-vis, Gaétan Barrette s’est dit ouvert à prendre le dossier en main. « Dans notre mandat, ce sujet a été soulevé à plusieurs reprises puis, je dirais, avec justesse. [...] On est là pour donner des services à la population de la façon la plus appropriée possible, mais certainement pas pour aller imposer une taxe supplémentaire. [...] Je serais très surpris, puis si c’est le cas, je vais intervenir, qu’une personne paie à l’avance, sans possibilité, à la sortie, d’avoir un remboursement, a-t-il fait valoir. Je suis content que [M. Bonnardel] m’éveille à cette situation. »

Le député de Granby n’a pas raté l’occasion de prendre la balle au bond. « Le ministre est peut-être réveillé, mais il y a des députés de l’Estrie qui, eux, dorment, a-t-il rétorqué. Depuis six mois, cette situation est soulevée dans les journaux. Quand on est rendus avec de la congestion devant les horodateurs, parce que les gens ne comprennent pas le mode de fonctionnement, le mode de paiement, il faut peut-être faire un petit pas en arrière. Appelez le CIUSSS de l’Estrie, M. le ministre, pour revoir le mode de fonctionnement. Envoyez une directive claire. »