Manon Gauvin aux côtés du conseiller municipal et président de la coop de santé, Serge Bouchard (à gauche), et du maire de Roxton Pond, Pierre Fontaine

Hébergement pour personnes handicapées: un projet verra le jour à Roxton Pond

Manon Gauvin n’est pas le genre de femme à baisser les bras au moindre obstacle. Et ils furent nombreux au cours des dernières années. C’est donc avec un enthousiasme contagieux que la présidente de la Fondation Un souffle et des ailes aborde la dernière ligne droite menant à la concrétisation de son projet de longue haleine : construire une ressource d’hébergement pour de jeunes adultes lourdement handicapés.

S’il y a à peine quelques mois, celle qui est à la tête de la Fondation Un souffle et des ailes envisageait de s’installer à Granby — un terrain avait d’ailleurs été acquis en ce sens, rue Irwin — le projet se concrétisera plutôt à Roxton Pond. La municipalité vient en effet de céder à l’organisme sans but lucratif un terrain à quelques pas de la coop de santé. « J’ai mis tellement d’efforts, d’amour pour arriver à mon but. Ça n’a simplement pas de sens que des jeunes handicapés se retrouvent dans des CHSLD. Je me bats pour que ça change. Secrètement, depuis six ans, j’espérais que des gens me donnent un terrain, a-t-elle confié. Mon rêve est devenu réalité grâce à la générosité de la municipalité de Roxton Pond. Je capote. La vie est bonne. »

Le projet en question consiste à construire une résidence pouvant accueillir huit personnes. Le bâtiment, qui ressemblera « davantage à une maison qu’à une institution », comprendra aussi une grande salle de bain adaptée, une cuisine et un salon communs. L’aménagement d’une terrasse est prévu à l’arrière de l’immeuble.

Deux personnes seront en permanence sur place pour aider les jeunes dans leurs tâches quotidiennes ainsi que pour animer des ateliers de stimulation, par exemple. Le budget d’exploitation de la ressource proviendra de l’enveloppe du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) de la Montérégie-Est, a mentionné Mme Gauvin.

Budget

Le budget de construction de la ressource est évalué à près d’un demi-million $. À ce jour, la Fondation a réussi à amasser 350 000 $, dont près de 200 000 $ par le biais du projet de ramassage de canettes. Manon Gauvin a pour objectif de lancer les travaux à l’automne 2020 afin d’accueillir ses premiers pensionnaires l’année suivante. D’ici là, elle doit se départir du terrain, acheté au coût de 130 000 $, à Granby.

Surmonter le gouffre

Bien qu’elle tente de rallier le plus de gens possible à sa cause, Manon Gauvin était loin de se douter du geste qu’allait poser la municipalité de Roxton Pond en lui cédant un terrain, via un bail emphytéotique de 50 ans. « Quelques conseillers me connaissent et ramassent des canettes pour la Fondation. À peine deux semaines après l’achat du terrain à Granby, les élus de Roxton m’ont demandé de venir les rencontrer. Quand j’ai su qu’ils voulaient m’épauler, j’étais vraiment émue », s’est-elle remémoré.

Le conseil municipal a adhéré à l’unanimité au projet. « La cause nous tient à coeur. On est tous des parents. Pour les jeunes handicapés, c’est difficile, pour ne pas dire quasi impossible, d’avoir des services. Alors, intégrer un beau projet comme celui de la Fondation dans le Carrefour de la santé, ça allait de soi. C’est important pour nous », a indiqué le maire Pierre Fontaine. « À 21 ans, tous les services tombent, a renchéri Manon Gauvin. On doit surmonter ce gouffre. C’est exactement le but de notre projet. »