La distribution de porte en porte se déroule jusqu’au 15 mai.

Haute-Yamaska: la distribution des bacs bruns va bon train

L’arrivée des bacs bruns est maintenant une réalité en Haute-Yamaska. Lancée le 2 avril, la distribution de porte en porte des contenants roulants de 240 litres se poursuivra sur l’ensemble du territoire au cours des prochaines semaines. Les municipalités devraient ainsi être en mesure d’accueillir les premières collectes de matières organiques à compter du 20 mai prochain.

Pour le préfet de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, il s’agit là d’un important jalon dans les efforts de la MRC pour atteindre une société sans gaspillage. « Il y a près de 30 ans, 100 % de nos matières résiduelles étaient enfouies. Aujourd’hui, heureusement, nous pensons autrement », souligne-t-il.

L’implantation du bac brun, amorcée en 2017 dans une partie de Granby, puis à Saint-Alphonse-de-Granby, a permis de bien roder l’équipe et d’adapter le service à la réalité de la région, avant de l’étendre à grande échelle, croit M. Sarrazin.

Précisons que tous les immeubles résidentiels de la Haute-Yamaska seront desservis par cette troisième voie. À Granby et Waterloo, cependant, seuls les immeubles d’un à six logements et les immeubles à condos recevront automatiquement des bacs bruns. Les édifices de sept logements et plus, de même que les entreprises et organismes peuvent néanmoins en faire la demande.

Les citoyens remarqueront qu’à l’intérieur de ce bac se trouvent un minibac de cuisine, un guide pratique à conserver et un calendrier des collectes. Six soirées d’information seront également offertes au cours des prochaines semaines aux quatre coins du territoire. Pour connaître les dates et les lieux, il suffit de consulter le www.genedejeter.com

À l’intérieur de leur bac brun, les citoyens trouveront notamment un minibac pour la cuisine.

Prêts

En fait, tout est en place, assure la nouvelle directrice du Service des matières résiduelles de la MRC, Valérie Leblanc. À l’emploi de l’organisation depuis cinq ans, celle-ci succède à Karine Denis, qui a quitté la MRC en février dernier.

« Nous nous sommes donné la mission de faciliter l’arrivée de la collecte des matières organiques qui, nous en sommes conscients, suscite parfois des interrogations et vient bouleverser les habitudes de certains citoyens. C’est pourquoi nous avons employé les grands moyens pour que cette implantation se déroule harmonieusement, voire naturellement », dit-elle.

Mme Leblanc et son équipe affirment d’ailleurs sentir chez plusieurs personnes une hâte d’utiliser le bac brun, en y déposant « ce qui se mange, ce qui se jardine ainsi que les papiers et cartons souillés par les aliments ».

Rappelons que le bac brun sera collecté chaque semaine, de mai à la fin novembre. La cueillette sera ensuite espacée aux deux semaines durant les mois de décembre à avril.

À coût nul

Paul Sarrazin continue de croire que l’implantation de cette collecte peut se faire à coût nul en Haute-Yamaska. Suffit, dit-il, de réduire de 4200 tonnes par année la quantité d’ordures enfouies en 2018. Une réserve spéciale avait également été créée pour défrayer les coûts d’achat des 25 500 bacs bruns et des 32 180 minibacs, évalués à 1,7 million de dollars plus taxes.