Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La relocalisation du garage municipal est l’un des gros chantiers de 2021 à Cowansville.
La relocalisation du garage municipal est l’un des gros chantiers de 2021 à Cowansville.

Hausse des taxes à Cowansville

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La Ville de Cowansville a eu à jongler avec le dépôt d’un nouveau rôle triennal d’évaluation foncière pour le budget 2021. Le taux de taxation pour tous les types d’immeubles a été abaissé et une toute nouvelle façon de taxer les immeubles commerciaux et industriels est introduite. Par contre, 35% des immeubles non résidentiels et industriels ainsi que 81,5% des propriétaires de résidences, d’immeubles de six logis et plus et de terrains vacants auront une augmentation de taxes en raison du nouveau rôle d’évaluation.

Le nouveau rôle d’évaluation foncière augmente globalement de 8.71 %, une variation de 114.6 M$. Pour les résidences, la hausse moyenne est de 8.26%, tandis que la valeur des terrains vagues desservis, en grande demande, bondit de 24.95 %. Les agriculteurs paieront une note beaucoup plus élevée en raison de la valeur des immeubles agricoles toujours en croissance, cette fois de 32.71 %.

Puisqu’il s’agit d’une moyenne, la valeur de certaines adresses aura grimpé de beaucoup, tandis que d’autres seront plus modestes. Donc, même si le taux de taxation diminue de 3.19% en 2021 pour le résidentiel, l’agricole et les terrains vagues, un écart sera à combler pour plusieurs.

Une maison dont le prix moyen était de 211 910$ a maintenant une valeur de 233 739$. Son compte de taxes sera haussé de 136$.

Taxation par tranches

Cowansville change par ailleurs sa façon de taxer les immeubles non résidentiels et industriels en introduisant la taxation par tranches d’évaluation.

Cette nouvelle stratégie permettra de soutenir les commerçants et les industries, selon la directrice des finances Josée Tassé.

Pour la première tranche inférieure à 500 000$, ces deux types d’immeubles seront taxés respectivement 2.09$ et 2.15$ du 100$ d’évaluation. Pour la tranche supérieure à 500 000$, ce taux monte à 2.25$ et 2.30$ du 100$ d’évaluation. Dans tous les cas, il s’agit d’une baisse du taux de taxation, qui était fixé, dans le même ordre, à 2.35$ et 2.40$ en 2020.

Sylvie Beauregard, mairesse de Cowansville.

«La tranche inférieure à 500 000$, c’est là où on rejoint le plus de commerçants. En ciblant cette tranche-là, on aide le plus de commerçants et d’industries», note Mme Tassé.

«On veut soutenir nos commerçants et nos industries, on veut être compétitifs sur le marché, renchérit la mairesse Sylvie Beauregard. Tout en espérant que les propriétaires qui ont des locataires commerciaux puissent leur relayer le coup de main.»

Quant aux tarifs, ils ne bougent pas à l’exception des tarifications liées au compteur d’eau pour les industries, qui sont revues à la hausse.

Embauche de personnel

Le budget prévoit des revenus de 26 741 691$, une hausse de 5.79%. Les dépenses augmentent de 7.61% pour atteindre 23 532 566$.

«Étant donné qu’on a du développement industriel, on a augmenté notre budget pour soutenir les entreprises qui veulent s’implanter chez nous, note la mairesse. Et on a de gros projets pour les prochaines années. Il fallait tenir compte de tous ces éléments-là.»

La masse salariale augmentera notamment en raison de la création de trois nouveaux postes. Un poste en approvisionnement, qui relèvera de la direction générale, permettra par exemple d’assurer un suivi sur les contrats et une rotation de fournisseurs, mais aussi de trouver des achats groupés pour réduire les coûts en ravitaillement.

Un conseiller en urbanisme sera aussi embauché pour être le bras droit du directeur du département. «Avec les demandes qu’on a, c’est important de donner un bon service et d’assurer un bon suivi», souligne Mme Beauregard.

Enfin, la Ville aura son conseiller en développement durable.

«Ce sont deux nouveaux postes très attendus parce qu’on est une petite équipe, poursuit-elle. Et de plus en plus, la ville se tourne vers l’amélioration de son environnement, alors un conseiller en développement durable va aider l’équipe à mettre en place des mesures en ce sens.»

Cette personne aura du pain sur la planche alors que plusieurs boisés disparaissent pour laisser place à des développements immobiliers. La protection des zones boisées fera partie de son mandat, tout comme celle des milieux humides.

À l’heure actuelle, un employé de l’OBV Yamaska travaille comme ressource externe pour la Ville une fois par semaine. «On trouvait que ce n’était pas suffisant pour se démarquer, évoque Claude Lalonde, directeur général de Cowansville. On a notre lac au coeur de la ville, qui est notre source d’eau potable, une rivière qui traverse le territoire et beaucoup d’arbres.»

Mise à niveau des bâtiments municipaux

Les deux prochaines années seront importantes pour la mise à niveau de certains bâtiments municipaux. Qui dit mise à niveau, dit sommes onéreuses.

Le garage municipal sera déménagé en 2021 dans un tout nouvel édifice dans le parc industriel. En incluant la subvention attendue, le projet est chiffré à 5.2 M$. Les installations se situent depuis près de 60 ans sur la rue du Nord, dans un secteur résidentiel.

Dans les douze prochains mois, le pavillon pour la location d’équipement nautique au Centre de la nature aura lui aussi droit à une cure de jeunesse.

Le bassin, la génératrice, la ventilation et les bureaux du centre aquatique doivent être mis à niveau en 2022, un projet de 7.8 M$ pour lequel l’administration espère une subvention. En 2021, les plans et devis seront réalisés pour plus de 700 000$.

Enfin, la technologie à l’usine de filtration sera optimisée.

«En 2023, on aura fait le tour de nos bâtiments municipaux, mentionne Mme Beauregard. C’est sûr que c’est un gros coup à donner en 2021-2022, mais on ne peut pas faire un bâtiment à moitié. On se croise les doigts pour avoir de bonnes nouvelles du gouvernement en 2021 pour ces investissements-là. Après, on va se concentrer sur la réduction de la dette.»

Digues restaurées

Non conformes, les digues Bull et Mitch-Bédard, qui appartiennent à la Ville de Cowansville, mais qui se trouvent à Brigham, devront pour leur part être rehaussées en 2021.

«Ce sont des travaux qui traînent depuis des années, expose Sylvie Beauregard. On veut vraiment tout finaliser. Ça va être derrière nous en 2022. C’était un projet de 1 M$ au départ.»

De l’argent a déjà été injecté cette année avec des dépenses autorisées de 347 000$ pour la digue Mitch-Bédard.

La Ville de Cowansville n’utilise plus le plan d’eau créé par les digues comme source d’eau potable depuis 1965. Elle a tenté à maintes reprises de les céder à la Municipalité de Brigham, qui a toujours décliné.

En 2019, la Ville a fait des représentations auprès des quatre riverains du lac et ces derniers ont fini par accepter d’en prendre responsabilité après que les travaux de mise à niveau seront réalisés.

Les digues de l’étang Bull doivent faire l’objet d’importants travaux, mais une incohérence entre les titres de propriété et le plan cadastral retarde le chantier.

Cependant, au moment de faire la transaction, la Ville a réalisé que l’arpenteur qui avait fait la réforme du plan cadastral au milieu des années 2000 n’avait pas pris compte des titres de cession de l’étang à la ville de Sweetsburg, signés au 20e siècle, et avait séparé le lac en quatre parts, soit une part pour chaque riverain.

«Quand le notaire a soulevé ça, en 2019, on a fait faire des relevés d’arpentage et on a envoyé ça à Québec pour corriger le plan cadastral, relate la greffière Julie Lamarche en entrevue. Québec nous disait que c’était pas assez clair, qu’il fallait valider avec les conseillers juridiques. Si on n’est pas propriétaires, on n’a pas non plus de servitude de construction et d’entretien.»

Rien n’est encore réglé à ce jour. Toutes les avenues, incluant le démantèlement des digues, sont donc encore sur la table. Une rencontre avec plusieurs ministères est prévue en 2021 pour régler ces détails et d’autres formalités administratives.