Les élus municipaux de Granby ont décidé de revoir leur salaire à la hausse pour effectuer un « rattrapage » avec la moyenne des villes de taille similaire.

Hausse de salaire de 15% pour le maire de Granby

Le maire de Granby veut hausser son salaire de 15 % et les conseillers municipaux, de 17,5 %, pour effectuer un « rattrapage » avec la moyenne des villes de taille similaire. Un élu, le conseiller municipal, Jean-Luc Nappert, s’est toutefois opposé à une telle augmentation qu’il juge « exagérée ».

« Je vote toujours avec mes convictions et je sais, en mon âme et conscience, que je suis mal à l’aise avec ça », a déclaré le conseiller Nappert, lundi soir lors de la séance du conseil au cours de laquelle un avis de motion pour réviser la rémunération des élus a été déposé.

« Ce qui m’amène à dire que si je vote contre, je renonce à cette augmentation-là parce qu’il faut être conséquent. Je prendrai les mesures pour que cette augmentation soit versée à différents organismes de la région », a-t-il ajouté.

Jean-Luc Nappert aurait privilégié une augmentation de 5 %, mais il a été le seul élu lundi à ne pas être d’accord avec cette hausse qui fera passer en 2018 le salaire du maire de 104 160 $ à 119 784 $, allocation de dépenses incluse, et celui des conseillers de 34 402 $ à 40 423 $, allocation de dépenses également incluse. Le conseil a aussi prévu une indexation de 2 % pour les années futures.

Moyenne
« C’est sûr que ça va faire jaser, que ça va être impopulaire, mais je pense que c’est nécessaire », a déclaré le maire, Pascal Bonin, aux médias au terme de la séance du conseil.

La décision du conseil municipal s’appuie sur une analyse réalisée par le service des finances de la Ville sur la rémunération des élus granbyens en la comparant avec 11 villes québécoises, dont Drummondville, Mirabel et Rimouski, situées entre la 15e et la 25e position, en fonction de la taille de leur population, ainsi qu’en se référant au Guide sur la rémunération des élus municipaux publié par l’Union des municipalités du Québec.

À l’heure actuelle, la rémunération du maire de Granby est en huitième position par rapport à celles de ses homologues des 11 villes étudiées. Le maire de Rimouski — cette ville compte une population de 49 197 habitants — a par exemple un salaire de 117 296 $, alors que celui de Granby, dont la population est de 67 286 habitants, obtient 104 160 $. Avec la hausse annoncée, le salaire du maire de Granby grimpera au troisième rang.

La situation est la même pour les conseillers municipaux de Granby. L’augmentation de 17,5 % les fera passer de la huitième position à la quatrième.

« Je pense que les gens doivent aller voir les tableaux. Ils parlent d’eux-mêmes », affirme le maire Bonin en précisant que l’analyse sera accessible sur le site web de la Ville à compter de ce mardi.

En conséquence
La hausse de 5 % proposée par Jean-Luc Nappert n’aurait eu aucun effet, car l’écart de salaire des élus granbyens avec leurs homologues de villes comparables ne cesse de se creuser au fil des ans, relève par ailleurs Pascal Bonin. En 2014, la question avait aussi été étudiée, rappelle-t-il. « On s’était dit qu’on allait se donner 2,5 % par année en espérant rattraper les autres municipalités, mais ce qui est arrivé, c’est qu’on a encore reculé. Donc, de proposer 5 % et de ne rien bouger, c’est de prendre le problème et le donner à un conseil municipal futur. Ça s’appelle pelleter par en avant », laisse-t-il tomber.

Le maire Bonin a affirmé que la position de M. Nappert est « politique ». Il lui a aussi reproché au passage de renoncer publiquement à l’augmentation de salaire, mais de ne pas faire la même chose avec l’allocation de transition avec laquelle il se serait dit en désaccord durant la campagne électorale.

Selon Pascal Bonin, la révision du salaire vise d’ailleurs à permettre à la fonction d’élu de se faire attirante pour une éventuelle relève. « Si on veut que les jeunes viennent s’investir à la Ville, il faut qu’il y ait un salaire qui viennent avec », a déclaré le conseiller Robert Vincent.

« Combien vaut un élu municipal », a pour sa part questionné le conseiller municipal responsable des finances et des ressources humaines à la Ville, Jocelyn Dupuis.

Le nouveau règlement modifiant la rémunération des élus devrait être adopté lors de la prochaine séance du conseil municipal.