«C'est sûr que c'est inévitable», affirme Jean Papineau, président de la section locale de Granby de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec.

Grève des paramédics: les services essentiels assurés

La grève des paramédics est inévitable, affirme le syndicat. Celui-ci a d'ailleurs a été convoqué par le Tribunal administratif du travail, lundi, pour discuter des services essentiels qui seront maintenus pendant la grève qui sera déclenchée le 19 janvier, la deuxième dans l'histoire des paramédics.
« C'est sûr que c'est inévitable », affirme Jean Papineau, président de la section locale de Granby de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ), qui représente près d'une soixantaine de paramédics. Ces derniers ont voté, en novembre dernier, en faveur d'un mandat de grève. 
« C'est un cul-de-sac, renchérit David Gagnon, vice-président de la FTPQ, section 592, affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec. L'employeur nous présente une offre sur cinq ans, mais il s'engage seulement pour deux ans sur le monétaire. »
C'est le principal point sur lequel l'employeur et le syndicat n'arrivent pas à s'entendre dans les négociations pour renouveler la convention collective des paramédics qui est échue depuis avril 2015. C'est la première fois que les entreprises ambulancières négocient avec leurs salariés. Auparavant, le gouvernement, qui mandate ces compagnies, négociait lui-même avec les syndicats. 
Le syndicat est attendu au Tribunal administratif du travail lundi où il sera question des services essentiels qui seront assurés à la population lorsque pas moins de 1000 paramédics, dont ceux d'Acton Vale et de Granby, seront en grève au Québec. « On ne veut pas brimer la population », assure Jean Papineau. 
Il s'agira de la deuxième grève dans l'histoire des paramédics au Québec, la première ayant été déclenchée en 2012, précise M. Gagnon. 
M. Papineau rencontrera les paramédics de la caserne de Granby la semaine prochaine pour mieux les orienter et encadrer à l'approche de la grève.
D'ailleurs, les moyens entrepris pendant la grève devront respecter un « cadre légal », précise le représentant syndical. « On sera encadré dans ces procédures-là et il n'y a aucun débordement qui sera toléré », dit-il.