La grève au port de Montréal entraînera une hausse du volume de trains qui passeront par Farnham.
La grève au port de Montréal entraînera une hausse du volume de trains qui passeront par Farnham.

Grève au port de Montréal: des impacts jusqu’à Farnham

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
La grève des débardeurs du port de Montréal entraîne des conséquences à différents niveaux. La marchandise qui ne peut plus transiger par le port sera, dans certains cas, transportée par convoi ferroviaire, ce qui occasionnera une hausse du volume de passages de trains aux traverses de Farnham. La situation ramène d’ailleurs sur la table le projet de déménagement hors du périmètre urbain de la gare de triage.

Près de 6300 entreprises de transport dépendent de ce seul port situé sur le fleuve Saint-Laurent. Le récent déclenchement de la grève générale illimitée des travailleurs qui sont sans convention collective depuis 2018 pourrait affecter la chaîne d’approvisionnement essentiel aux activités de santé et de sécurité si elle perdure.

La compagnie de transport ferroviaire Canadien Pacifique a avisé la Ville de Farnham que cet arrêt de service occasionnera des changements au niveau de ses trajectoires habituelles. Puisqu’elle ne peut plus transiger par le port, elle transigera désormais par le Nouveau-Brunswick, puis vers Farnham.

Le volume de trains pourrait donc augmenter aux traverses de la ville et par le fait même, le temps d’attente aux passages à niveau pourrait augmenter pour une période indéterminée. Les autorités font d’ailleurs appel à l’indulgence pour assurer un partage harmonieux de la route.

Gare de triage

Même si le maire de Farnham, Patrick Melchior, comprend la situation, il est loin de s’en réjouir. «Je ne suis pas content du surplus d’attente que ça occasionnera aux passages à niveau, mais on ne peut pas blâmer le Canadien Pacifique pour la situation. Ils sont même venus nous rencontrer pour nous aviser», dit-il.

La gare de triage, située au coeur de la ville, fait l’objet de nombreuses discussions depuis fort longtemps. Les élus municipaux souhaitent son déménagement à l’extérieur de la zone urbaine, loin de la population, sans pour autant vouloir la chasser de son territoire.

«Ça n’a plus sa raison d’être, estime le maire. Je pense qu’on peut trouver un autre lieu où la déménager. On est à regarder où elle pourrait s’installer, mais c’est très embryonnaire.»

Le projet, qui sera à la charge de la compagnie ferroviaire, est évalué à plusieurs dizaines de millions de dollars. Lorsque le site sera choisi, différentes demandes et études devront être réalisées, après quoi un échéancier sera établi. Une étape qui pourrait être envisageable au printemps 2021, explique le maire.