Un moment d’inattention est en cause dans la collision qui a entraîné de graves blessures à deux enfants, le 5 mars dernier, à Granby.

Grave accident rue Cowie: un moment d'inattention en cause

Un moment d’inattention est en cause dans la collision survenue à l’intersection des rues Cowie et Simonds, le 5 mars dernier, à Granby, et qui a gravement blessé deux enfants. C’est la conclusion rendue publique jeudi par les enquêteurs du Service de police de Granby chargés de l’affaire.

Rappelons qu’une voiture, conduite par un homme de 41 ans et dans laquelle voyageaient ses deux enfants, une fillette de neuf ans et un garçon de 12 ans, a été violemment percutée par un camion 53 pieds à l’intersection. Un camion cube, immobilisé à l’intersection, a lui aussi été impliqué. 

Les deux enfants ont été gravement blessés. Le garçon avait obtenu son congé de l’hôpital quelques jours après la collision. Les médecins ont longtemps craint pour la vie de sa soeur. Ils sont aujourd’hui tous les deux hors de danger, a fait savoir par voie de communiqué le Service de police de Granby. 

L’enquête policière a permis d’établir que le camionneur, qui circulait sur la rue Cowie en direction Est, n’a commis aucune infraction qui aurait pu contribuer à la collision. « Le conducteur de la voiture qui était arrêtée au feu rouge sur la rue Simonds Sud, en direction Nord, a repris la route par inattention alors que le feu était toujours rouge, ce qui a causé la collision avec le camion 53 pieds », peut-on lire dans le communiqué. 

Un constat d’infraction en vertu du Code de la sécurité routière lui a été donné. Aucune infraction de nature criminelle ou intention criminelle n’est en cause dans cette collision. 

Après l’accident, un citoyen avait contacté La Voix de l’Est pour rapporter que les têtes de feux situées à cette intersection devraient plutôt être placées en aval du carrefour, contrairement à ce qu’on peut observer présentement. Même situation pour l’intersection située à quelques mètres de là, au coin Simonds Sud et Saint-Jacques. Ces exigences sont fixées par le ministère des Transports.

La Ville de Granby avait fait savoir à ce moment-là que le feu situé à l’intersection où la collision s’est produite était dans leur mire, tout comme plusieurs autres. 

« On fait l’évaluation des intersections qui sont très achalandées et c’est déjà intégré à notre approche d’amélioration. On sait que ces feux à cet endroit-là ont besoin d’amélioration. C’est dans nos plans, dans nos cartons depuis quelque temps et on devrait faire des interventions au cours des prochaines années », a réitéré Michel Pineault, directeur général de la Ville de Granby, jeudi. 

L’enquête policière a permis d’écarter que la signalisation ait pu être un facteur qui a contribué à l’accident.