La nouvelle directrice générale, Nathalie Lapierre (à gauche) du Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska, en compagnie de Lorraine Deschênes, présidente du conseil d’administration.
La nouvelle directrice générale, Nathalie Lapierre (à gauche) du Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska, en compagnie de Lorraine Deschênes, présidente du conseil d’administration.

Grandir malgré la crise

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Malgré la crise pandémique, le Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska est en pleine ébullition. Non seulement une nouvelle directrice générale s’est jointe à l’équipe, mais de nouveaux services se sont ajoutés en ergothérapie et en zoothérapie.

Fondé il y a deux ans, le CPS de la Haute-Yamaska, qui dessert Granby et Waterloo, traverse une réorganisation importante, avec notamment l’ajout d’une nouvelle travailleuse sociale à l’équipe, ce qui leur permettra de mieux aider les familles dans le besoin.

En plus de l’ajout de services d’ergothérapie et de zoothérapie, le Centre a fusionné avec le regroupement Réussir avec PEP, qui existait depuis 10 ans, et qui s’est dissous en juin dernier.

«Depuis deux ans, on est en étroite collaboration avec eux en vue de reprendre les activités qu’ils offraient, qui cadrent avec notre clientèle et notre mission, explique Lorraine Deschênes, présidente du conseil d’administration et impliquée au sein du Centre depuis ses balbutiements, il y a cinq ans. On a donc repris leurs activités, qui sinon auraient disparu».

Lié à la mission de la Fondation du Dr Julien, le Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska veut «permettre aux enfants de milieux vulnérables ou vivant dans des conditions difficiles de quelque nature, de développer leur plein potentiel, et d’avoir une chance égale aux autres enfants. C’est aussi de combler leurs besoins en santé physique, mentale et sociale, en plus d’être à la défense de leurs droits. Chaque semaine, on fait une différence dans la vie d’un enfant», rapporte Mme Deschênes.

Lorraine Deschênes, présidente du conseil d’administration, est impliquée au sein du CPS de la Haute-Yamaska depuis ses balbutiements, il y a cinq ans.

Demandes et besoins en croissance

Depuis deux ans, le Centre a vu non seulement son équipe grandir, mais a également bonifié ses services et activités, notamment L’Opus, une activité de milieu de jour après l’école, où les enfants peuvent venir assister à des séances de bricolage ou encore jouer à des jeux de société dans un endroit «où l’enfant se sent bien et en confiance».

«Uno est très populaire!, déclare Nathalie Lapierre, nouvelle directrice générale de l’organisme, qui travaille dans le milieu communautaire depuis cinq ans. On a acheté dix paquets de cartes afin que les enfants ne les manipulent pas trop et aient leur propre jeu.»

Ces activités, où les enfants peuvent profiter d’une collation offerte en collaboration avec SOS Dépannage, sont un «refuge où l’enfant crée des liens, où il n’y a pas de jugement», laisse tomber la directrice.

En date du 31 mars dernier, le Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska suivait 47 enfants, et aujourd’hui, il en accompagne 65, annonce la présidente du c.a. «On a plus que doublé nos ressources depuis janvier dernier. Malgré les conditions d’adversité, on a pu améliorer nos services et notre base budgétaire.»

Ne pas s’isoler

La crise pandémique a généré beaucoup de stress, d’inquiétude, d’isolement et d’épuisement chez beaucoup de familles. Ainsi, le Centre de pédiatrie répond à un besoin et des cris d’alarme en croissance. «Il ne faut pas hésiter à nous appeler. Si nous-mêmes ne pouvons pas aider, par exemple si le besoin est en répit ou autres, on peut référer les personnes aux bons organismes», mentionne Mme Lapierre.

«Il ne faut pas rester seul et tout tenir sur nos épaules dans notre coin, renchérit Mme Deschênes. Ça vaut pour les familles, mais aussi pour chaque personne.»

Avant l’arrivée de Nathalie Lapierre à la tête de la direction, la gestion des événements et activités du Centre était assurée par la coordonnatrice et son adjoint de Réussir avec PEP, Annie Blanchard et Éric Gaudreau. «Ils nous ont donné une énorme chance et beaucoup aidés», remercie Lorraine Deschênes.

Actuellement en processus de certification avec la Fondation du Dr Julien, le Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Yamaska souhaiterait éventuellement ajouter un orthophoniste et un autre travailleur social à son équipe afin de pouvoir combler les nombreuses demandes et aider le plus grand nombre de familles possibles.

L’Assemblée générale annuelle du CPS de la Haute-Yamaska s’est tenue de façon virtuelle le lundi 28 septembre, à 17h30. Pour toute demande ou pour inscrire un enfant à une activité, contactez le CPS au 450-361-6140.