De 6 h 30 à 9 h, jeudi, des représentants de La Voix de l’Est, du Granby Express, de M105 et de MAtv seront postés à trois endroits de la ville de Granby, soit à l’angle des rues Principale et Dufferin, Simonds Sud et St-Charles de même que Saint-Jude et Jean-Talon.

Grande Guignolée des médias: un petit don qui vaut beaucoup

Qu’ils soient derrière le micro, devant la caméra ou le calepin à la main, les représentants des médias de Granby ont leur communauté à cœur. C’est pour cela que le matin du 6 décembre prochain, ils uniront leurs forces au profit de la Grande Guignolée des médias.

D’ailleurs, ceux qui ont déjà organisé ou assisté à une conférence de presse ont certainement remarqué les relations cordiales qu’entretiennent les représentants des divers médias de Granby. « La cause dépasse nos obligations professionnelles et les impératifs de notre industrie », explique le rédacteur en chef de La Voix de l’Est, Marc Gendron.

« En plus de servir nos auditeurs et nos lecteurs, on sert la communauté », renchérit Guy Laporte, directeur général de la station de radio m105.

De 6 h 30 à 9 h, jeudi, des représentants de La Voix de l’Est, du Granby Express, de m105 et de MAtv seront postés à trois intersections en ville, soit à l’angle des rues Principale et Dufferin, Simonds Sud et St-Charles de même que Saint-Jude et Jean-Talon, afin de collecter dons en argent et denrées non périssables.

On répète ainsi la formule mise de l’avant l’an dernier, où trois sites font l’objet d’une sollicitation simultanée à l’heure de pointe matinale, plutôt que d’avoir lieu toute la journée au même endroit, le Palace de Granby.

Le tout est rendu possible grâce à la collaboration de la Ville de Granby et de son service de police, qui s’assure que le tout se déroule sans anicroche.

Fier coup de pouce

Toutes les sommes amassées seront remises à SOS Dépannage Moisson Granby, qui vient en aide à des milliers de familles et des dizaines d’organismes de la région. 

Chaque don, aussi petit soit-il, a un impact positif dans les coffres de l’organisme, rappelle le représentant Éric Vachon. « Avec l’argent, on est en mesure de fournir des aliments provenant des quatre groupes alimentaires à notre clientèle. Certains produits périssables ne pouvant pas être donnés durant la Guignolée, on doit les acheter nous-mêmes, comme le lait, des œufs, de la viande et des fruits et légumes », dit-il.

Sans l’aide et le soutien des médias durant toute l’année, mais particulièrement durant cette période cruciale, SOS Dépannage ne parviendrait pas à aider autant de personnes dans le besoin, ajoute M. Vachon. « Les médias sont très importants pour des organismes communautaires comme le nôtre parce qu’ils nous aident à faire connaître nos besoins et à véhiculer l’information au sein de la population », explique-t-il.

Marc Gendron opine en ce sens. « En étant dans les médias, nous profitons d’un certain rayonnement, qu’il nous fait plaisir de mettre au service de la cause », dit-il.

L’an dernier, la générosité des automobilistes avait permis d’amasser la somme record de 11 331 $ en à peine deux heures et demie.

Ceux qui souhaiteraient offrir des denrées non périssables peuvent apporter celles-ci jusqu’au 24 décembre dans l’un ou l’autre des commerces Amis de la Grande Guignolée des Médias. Du lot, notons les pharmacies du Groupe Jean Coutu, les supermarchés Maxi, Maxi & Cie et Provigo, ainsi que Via Capitale.

Au Québec, la Grande Guignolée des Médias a récolté plus de 37 millions de dollars et des milliers de kilogrammes de denrées depuis 2001.

— Avec La Presse canadienne