Des représentants des médias MATv Granby, M105, Granby Express et La Voix de l’Est seront présents pour récolter des dons à l’intersection des rues Principale et Dufferin, Saint-Jude et Jean-Talon, et Saint-Urbain et Maisonneuve, le jeudi 5 décembre. ­

Grande guignolée des médias le 5 décembre: trois occasions d’être généreux

Chaque année, la moitié des comptoirs d’aide alimentaire manquent de denrées. Les médias de la région invitent donc la population à donner généreusement pour la grande collecte de La guignolée des médias, qui aura lieu ce jeudi 5 décembre. Encore cette année, les dons et denrées recueillis seront remis à SOS Dépannage - Moisson Granby.

Des artisans de MATv Granby, M105, Granby Express et La Voix de l’Est seront postés à différents endroits de la ville de Granby, de 6 h 30 à 9 h. Les représentants de ces médias, ainsi que des bénévoles de SOS Dépannage et des Amis de la guignolée auront à la main la traditionnelle boîte de conserve afin de recueillir les dons en argent de la part des passants et des automobilistes.

Cette année, les points de collecte autorisés par la Ville de Granby seront à l’angle des rues Principale et Dufferin, Saint-Jude et Jean-Talon puis Saint-Urbain et Maisonneuve.

Ce faisant, les automobilistes devront faire preuve d’autant de patience que de générosité, puisque la circulation à ces endroits sera légèrement ralentie durant cette période. Certains feux de circulation seront d’ailleurs mis en mode « feux rouges clignotants ».

Pour ce qui est des denrées non périssables, la population est invitée à aller les déposer chez les Amis de la guignolée, soit Via Capitale, Provigo, Maxi et Jean Coutu. Il sera également possible d’aller en porter aux responsables des équipes présentes dans la rue en se stationnant dans un lieu sécuritaire à proximité du point de collecte.

Remplir les ventres vides

« La faim représente une réelle menace, car elle force sans cesse un individu à puiser dans ses ressources et à déployer des stratégies pour s’en sortir », explique Caroline Adam, chercheuse rattachée au département de nutrition de l’Université de Montréal, dans le communiqué émis par SOS Dépannage.

Près de deux millions de demandes alimentaires sont faites par mois dans les banques alimentaires du Québec, et il s’agit, pour la plupart des bénéficiaires, d’une solution ultime.

« Ces gens ne sont pas des profiteurs. Ils ne s’y rendent pas de gaieté de cœur et ressentent de la honte. Seulement un ménage sur trois en état d’insécurité alimentaire fait appel à l’aide alimentaire d’urgence », précise la chercheuse.

SOS Dépannage veut aider à remplir les ventres vides de la région. « On veut s’assurer que peu importe la demande, on soit capable d’y faire face », mentionne le porte-parole de SOS Dépannage, Eric Vachon.

Il est important, indique-t-il, de déployer le maximum de services aux familles dans le besoin. À Noël, certes, mais aussi tout au long de l’année.

« On a implanté des nouveaux services pour les 51 organismes communautaires qu’on aide, dont un service de livraison de leurs denrées, donc les organismes n’ont plus à se déplacer pour venir les chercher. On s’est procuré un camion pour ça », souligne le porte-parole.

L’an passé, 140 000 $ en dons ont notamment été amassés, dont 10 280 $ récoltés lors de La guignolée des médias.

Rappelons par ailleurs que SOS Dépannage a cessé depuis une quinzaine d’années d’offrir des paniers de Noël — à la suite d’une concertation entre les organismes granbyens —, afin de desservir les familles dans le besoin sur une plus longue période de l’année.

« Une personne qui faisait une demande de panier de Noël peut faire une demande de dépannage alimentaire et, en plus, dans le temps des Fêtes, on bonifie nos dépannages, les gens vont recevoir une dinde par exemple, et d’autres choses pour qu’ils passent un beau temps des Fêtes. C’est seulement les mots “paniers de Noël” qui ont disparu », poursuit M. Vachon.

Plus d’une soixantaine de dindes ont été achetées chez Olymel afin de permettre à autant de familles de concocter un repas traditionnel du réveillon du Nouvel An.

Solidarité des médias

Les médias, selon Eric Vachon, contribuent grandement au succès de la collecte.

« Ça nous fait chaud au cœur. Les médias sont primordiaux dans toutes les communautés, ils nous permettent de passer nos messages », reprend le porte-parole.

Pour le directeur général de M105, Guy Laporte, la proximité d’un média avec le public est importante. « On vit dans la communauté, on parle aux gens. Dans les gens à qui on parle, on le sait qu’il y a des gens qui ont un temps des Fêtes difficile. Alors, consacrer trois petites heures dans la rue, pour nous ce n’est pas un gros effort et ça a un grand résultat. »

La radio M105 est d’ailleurs celle qui a initié le mouvement granbyen de La guignolée des médias, il y a plus de 11 ans.

« Une de nos motivations, c’est le travail en gang, et de se réunir avec les autres médias. On voit les collègues de La Voix de l’Est, de MATv, du Granby Express, et dans le grand roulement de l’année, ça n’arrive pas tellement souvent ! », soutient M. Laporte.

« Longtemps le slogan a été “Les besoins sont les mêmes partout”. C’était cette idée qu’on soutient, que tu sois ici ou à Montréal, il y a des besoins. »

Jusqu’à Noël, les pharmacies du Groupe Jean Coutu, les supermarchés Maxi et Provigo ainsi que les bureaux de Via Capitale accepteront les dons en argent et en denrées alimentaires non périssables.

Visitez lagrandeguignoleedesmedias.com pour faire un don en ligne et pour plus d’informations.