Selon Yves Lévesque, l'ancienne Banque Molson et le bâtiment adjacent sont nuisibles pour le centre-ville.

Grand réaménagement au centre-ville de Bedford

Le maire de Bedford souhaite faire d'une pierre trois coups. En réaménageant l'intersection des routes 202 et 235, il compte augmenter la sécurité, se débarrasser des deux bâtiments « nuisibles », en plus d'y faire construire un immeuble de deux étages « pour amener du sang neuf au centre-ville », a-t-il affirmé dans une entrevue exclusive accordée à La Voix de l'Est.
Le maire Yves Lévesque, derrière l'ancienne Banque Molson et l'ancien magasin de meubles
Et il veut que le projet aille de l'avant rapidement. « Dès le printemps 2017, je veux que tout se mette en branle », lance Yves Lévesque, visiblement emballé par ce qui s'en vient pour le centre-ville de sa municipalité. 
Le maire de Bedford a présenté en primeur à La Voix de l'Est les plans de l'option privilégiée pour le réaménagement de l'intersection des routes 202 et 235, qui seront dévoilés aux citoyens le 25 janvier au cours d'une soirée d'information sous forme d'un «4  à 8 ». « En 2011, des citoyens s'étaient opposés à la démolition de la Banque Molson, puisque c'est un bâtiment construit en 1922. Mais là, il va falloir arriver avec un vrai projet, car la municipalité veut aller de l'avant », indique-t-il.
« La Banque Molson a une valeur d'environ 70 000 $ et il faudrait investir environ 700 000 $ en rénovations... alors que ça fait cinq ans que le bâtiment est laissé à l'abandon et que personne n'y est intéressé. Il faut changer ça », ajoute le maire.
Un obstacle subsistait
Avant de pouvoir procéder au réaménagement de l'intersection, le ministère des Transports du Québec (MTQ) devait procéder à l'achat du terrain adjacent à l'ancienne Banque Molson. La transaction a été faite en novembre. « À partir de là, on pouvait aller de l'avant et établir un plan », explique le maire Lévesque. Le propriétaire du magasin de meubles qui y avait pignon sur rue a déménagé au 170, rue Principale. 
Deux options sont sur la table : la démolition des deux bâtiments ou le déplacement de l'ancienne Banque Molson. « L'option privilégiée est bien sûr la démolition, indique le maire. Les coûts évalués par le MTQ pour les rénovations et le déménagement sont de 750 000 $. En plus, c'est un bâtiment qui est très difficile à reconvertir. »
« Selon l'échéancier, la démolition pourrait arriver très rapidement, dès le printemps 2017. Ce sera aux frais du MTQ. Ils vont élargir la chaussée pour que ce soit plus sécuritaire lors du passage de camions et surtout pour les piétons et refaire le marquage des rues. Le MTQ s'est engagé à nous remettre des terrains prêts à construire, que nous rachèterons à environ 70 000 $  (la valeur inscrite au rôle d'évaluation)», précise Yves Lévesque. 
Rappelons que dans son rapport rédigé à la suite du décès de Mildred Erno, 84 ans, happée mortellement par un poids lourd le 17 février 2016, le coroner Alexandre Crich avait jugé que le bâtiment de l'ancienne Banque Molson - propriété du MTQ laissée vacante depuis la construction du pont Zéphyr-Falcon en 2011 - réduisait « substantiellement » la visibilité à l'intersection puisqu'il est situé trop près des rues.
Le maire de Bedford souhaite ériger sur les terrains où se trouvent présentement deux bâtisses, dont l'ancienne Banque Molson, un espace vert ainsi qu'un bâtiment de deux étages et demi à plusieurs usages qui devra s'agencer avec le style du centre-ville.
Espace public et commerce
Les terrains obtenus du MTQ seront divisés en deux lots. Le premier deviendra un espace public vert, édifié par la Ville. Le deuxième fera l'objet d'appels d'offres pour y ériger un bâtiment de deux étages et demi à plusieurs usages. « On aimerait que le premier étage soit commercial et que le reste soit résidentiel, précise Yves Lévesque. Le bâtiment construit devra obligatoirement s'agencer avec le centre-ville, il ne pourra pas avoir de look moderne. »
Les coûts de ce nouveau bâtiment seront à la charge du futur promoteur. « Dans l'appel d'offres, il sera clairement indiqué que le promoteur aura de 18 à 24 mois pour réaliser la construction. Je peux déjà confirmer qu'il y a des gens qui ont démontré de l'intérêt pour ça, affirme le maire Lévesque. Il est trop tôt pour parler d'un coût estimé pour ce bâtiment. Ça va dépendre des appels d'offres. »
« C'est un bel emplacement. Il y a moyen d'obtenir des subventions de la ville pour les façades, en plus. Je crois que ça va amener du sang neuf au centre-ville de Bedford », confie-t-il. 
L'espace vert recevra également le monument commémoratif (cénotaphe) qui se trouve présentement devant l'hôtel de ville. « Il sera davantage mis en valeur à cet endroit », estime Yves Lévesque.