Malgré la pluie, l’accueil de la foule rassemblée devant le centre sportif a été des plus chaleureux. Selon Vie culturelle et communautaire de Granby qui organisait l’accueil, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées sur le site pour prendre part aux festivités.

Grand défi Pierre Lavoie: un accueil triomphal à Granby [PHOTOS ET VIDÉO]

Les Granbyens ont réservé un accueil triomphal aux participants du Grand défi Pierre Lavoie. Plus d’un millier de personnes se sont rassemblées sous la pluie battante au centre sportif Léonard-Grondin pour encourager les cyclistes à leur arrivée samedi soir à Granby.

« C’est un super accueil ! , s’est exclamé le député de Granby François Bonnardel à son arrivée. C’est un Grand défi très difficile depuis le début, mais on est fiers de le faire et si on réussit à faire bouger les jeunes, c’est tant mieux. »

Les Granbyens ont assisté en grand nombre au passage des cyclistes du Grand défi Pierre Lavoie samedi soir.

Malgré la pluie, l’accueil de la foule rassemblée devant le centre sportif a été des plus chaleureux. Selon Vie culturelle et communautaire de Granby qui organisait l’accueil, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées sur le site pour prendre part aux festivités. 

En arrivant à Granby, les cyclistes venaient de compléter la 9e étape du défi qui représentait un trajet de 67 km. Ils étaient partis à 19 h de Drummondville.

Accueil

Dès 20 h, un groupe de citoyens croissant à vue d’œil s’était déjà réuni devant le centre sportif.

« Je suis super excitée ! , a lancé la sculptrice Joanne Leduc qui était parmi les premières sur place. La pluie, ça ne me dérange pas trop. Sinon je serais dans mon atelier en train de travailler. »

Mme Leduc n’était pas la seule à être arrivée tôt pour vivre l’expérience. Pour faire patienter les citoyens qui se sont déplacés, Vie culturelle et communautaire de Granby avait d’ailleurs prévu une foule d’activités.

« C’est une belle expérience à vivre comme citoyen, surtout lorsque les participants vont arriver », soulignait pour sa part Jacques Caron.

Des musiciens ont réchauffé la foule au son des percussions africaines et un atelier de hula-hoop a fait bouger les plus jeunes. Une mini-séance de zumba a même eu lieu et des mascottes ont également été dépêchées pour accueillir les autres cyclistes qui ne participaient pas à cette étape du Grand défi.

Ces activités initialement prévues à l’extérieur ont été déplacées dans le hall d’entrée du centre sportif en raison de la pluie.


Des musiciens ont réchauffé la foule au son des percussions africaines et un atelier de hula-hoop a fait bouger les plus jeunes. Une mini-séance de zumba a même eu lieu et des mascottes ont également été dépêchées pour accueillir les autres cyclistes qui ne participaient pas à cette étape du Grand défi.

« Difficile, mais marquant »

L’initiateur du défi sportif Pierre Lavoie n’a pas pu mener le peloton à son arrivée à Granby. Un retard dans son horaire de la journée l’a forcé à faire le trajet entre le Stade olympique où des festivités sont aussi organisées pour la fin du parcours et Granby en autobus.

La température n’a pas épargné les 1075 cyclistes du Grand défi cette année, a fait remarquer Pierre Lavoie. « Jusqu’à présent, ça se passe bien. Je suis impressionné par le courage des cyclistes parce que ce n’est pas un défi facile. Grâce à l’effet de groupe, les gens s’encouragent et se motivent », a-t-il indiqué quelques minutes avant d’arriver sur la scène sous les applaudissements nourris des Granbyens.

« La pluie, ça fait partie de l’expérience, autant pour les gens que les cyclistes. Ils vont se rappeler de cela toute leur vie. L’inconfort nous rend plus fort », a-t-il ajouté.

Le Grand défi est bien souvent avant tout un défi personnel pour de nombreux participants qui profitent de l’événement pour se remettre en forme.

« Au fil des ans, j’ai eu plein de témoignages de gens qui se sont mis en forme pour participer au défi. Il y a des personnes qui ont perdu 200 livres pour faire le Grand défi et qui en sont très fières. Ils deviennent des modèles pour les autres par la suite et c’est justement pour ça que nous continuons », a-t-il expliqué.

L’organisateur n’avait pas eu le temps de constater l’accueil que lui réservait Granby au moment de discuter avec La Voix de l’Est. Il se montrait toutefois ravi que la municipalité ait mis sur pied un comité d’accueil d’une telle ampleur.

« Les villes doivent aussi prendre le virage des saines habitudes de vie. Elles doivent les promouvoir et à chaque occasion, elles doivent s’investir », a plaidé Pierre Lavoie.

Défi logistique

À moins de deux heures de l’arrivée des cyclistes, le site du centre sportif fourmillait d’activités pour préparer l’arrivée des cyclistes. Le convoi de coureurs était pour sa part accompagné depuis le départ d’un autre convoi, motorisé celui-ci.

« Chacun a son rôle et arrive à un moment différent. Nous sommes arrivés à Granby depuis 3 h cet après-midi, a témoigné un bénévole de l’équipe médical. C’est un trip 24 h sur 24 h qui a commencé mardi et qui continue. On était les premiers arrivés et nous serons les derniers à partir. »

En plus des premiers répondants, le camp de fortune qui s’est installé à quelques pas du centre sportif comprenait également des tentes de massothérapie, des ateliers mécaniques, une roulotte de diffusion pour animer le défi et un camion-citerne pour ravitailler le convoi en eau.

Ville hôte

Le comité d’accueil espère que Granby se distinguera parmi les villes hôtes du Grand défi.

L’organisation de l’événement décerne chaque année, à la suite du vote des participants, un prix pour la ville la plus accueillante du parcours. L’honneur s’accompagne d’une bourse de 25 000 $ à investir dans un projet visant la promotion de saines habitudes de vie.

Le Grand défi s’est arrêté que quelques heures à Granby. Dès 23 h 30, un groupe de cyclistes a enfourché leur vélo en direction de Saint-Jean-sur-Richelieu où ils sont arrivés dimanche matin avant de poursuivre leur route jusqu’à la grande arrivée au Stade olympique.