«Tout ça pour dire qu'on accueillait déjà des réfugiés et des immigrants et qu'on le fait bien. Quelques inquiétudes et des questions ont été posées sur les proportions, mais on a pu discuter et faire le point. Ça a très bien été», commente le maire Pascal Bonin en entrevue.

Un samedi sous le thème de l'accueil

Le Samedi matin du maire Bonin de novembre a servi à expliquer le rôle de SERY (Solidarité ethnique régionale de la Yamaska).
Les discussions ont porté pendant une heure environ sur la centaine de réfugiés syriens attendus à Granby. Joanne Ouellette, directrice générale de SERY, et quelques intervenants étaient dans la salle du conseil pour expliquer le rôle de l'organisme.
«Tout ça pour dire qu'on accueillait déjà des réfugiés et des immigrants et qu'on le fait bien. Quelques inquiétudes et des questions ont été posées sur les proportions, mais on a pu discuter et faire le point. Ça a très bien été», commente le maire Pascal Bonin en entrevue.
Le reste du temps a été alloué à des questions sur divers sujets, comme les mesures pour améliorer la fluidité du pont Patrick-Hackett, à Granby, et leur impact durant la première semaine où tous devront s'adapter.