Le candidat conseiller municipal dans le district un, Mario Loiselle, a été suspendu à vie des Chevaliers de Colomb pour fraude. Mais le principal intéressé nie ces allégations.

Suspendu des Chevaliers de Colomb pour fraude

L’aspirant conseiller municipal dans le district 1 à Granby, Mario Loiselle, a été suspendu du mouvement des Chevaliers de Colomb pour fraude, a appris La Voix de l’Est.

Des allégations que le principal intéressé nie toutefois. « Ce n’est pas prouvé. Des gens ont essayé de monter ça. J’ai voulu aller plus loin là-dedans, mais ça s’est arrêté là. Il n’y a pas eu de poursuite, pas d’accusation, pas rien. Ils n’avaient pas de preuve. C’étaient juste des ouï-dire. Je n’ai pas eu à rencontrer le mouvement directement, ils n’ont jamais voulu entendre comment ça s’est produit ou quoi que ce soit. Ils ont tout simplement procédé à la suspension à vie », a fait valoir
M. Loiselle jeudi. 

Les faits au cœur du litige remonteraient à 2010. Une somme d’environ 5000 $ serait impliquée. Mario Loiselle a déjà agi à titre de Grand Chevalier du conseil 1093 à Granby. L’affaire aurait, à l’époque, été traitée à l’interne, c’est-à-dire par le conseil local.

Pas de commentaire

Le directeur général du Secrétariat d’État des Chevaliers de Colomb du Québec, à Saint-Hyacinthe, Fernand Rochon, a ainsi pu confirmer que M. Loiselle a effectivement été suspendu du mouvement en vertu de l’article 162, paragraphe deux et sept, de ses règlements. Mais il n’était pas en mesure d’élaborer sur l’ampleur des faits reprochés, de même que sur les suites qui ont été données à cette affaire par le conseil local. 

L’actuel Grand Chevalier du conseil 1093, Yvan Pelletier, n’a pour sa part pas voulu commenter cette histoire, car il n’était pas impliqué au sein du mouvement au moment où les événements se sont produits.

Chose certaine, les Chevaliers de Colomb ne veulent plus être associés d’aucune façon à M. Loiselle. Ils l’ont signifié à la suite de la publication d’un texte dans nos pages la semaine dernière sur sa candidature dans le district 1, où il se mesure au conseiller sortant, Stéphane Giard.

L’information que Mario Loiselle a déjà agi comme Grand Chevalier y était mentionnée. Et cela s’est traduit par quelques coups de fil de membres du mouvement à La Voix de l’Est afin de souligner sa suspension. 

Il garde le cap

Même s’il dit avoir des « documents d’archives » et « des témoins » pouvant assurer son innocence, Mario Loiselle affirme de son côté ne pas avoir cherché réparation, car il n’était plus intéressé par les Chevaliers de Colomb. « Ce n’est pas le mouvement qui n’est pas bon. C’est peut-être des personnes qui sont en charge à moment donné », laisse-t-il tomber. 

« Je ne voulais pas aller plus loin parce que tu détruis plus que tu construis en faisant cela », ajoute-t-il en affirmant ne pas avoir voulu de « déchirements sur la place publique ». 

Mario Loiselle estime néanmoins avoir fait « beaucoup de choses » au sein des Chevaliers de Colomb. Aussi, il dit ne pas avoir de problème avec ces événements. Il garde donc le cap sur sa campagne électorale. 

« Ça ne m’ébranle pas pantoute. Je poursuis ma campagne pareil », a-t-il laissé tomber.