Le député de Shefford, Pierre Breton

Stratégie fédérale sur le logement: aux organismes de se faire valoir

Les organismes en logement social et les municipalités de la région devront se faire valoir pour obtenir leur juste part de l’enveloppe globale de 40 milliards de dollars, répartis sur dix ans, annoncée mercredi par le gouvernement canadien dans le cadre de sa Stratégie nationale sur le logement.

Le député de Shefford, Pierre Breton, qualifie cette dernière initiative de « mesure phare ». Le tout s’ajoute à la liste de mesures mises en place par le gouvernement Trudeau pour améliorer le sort des plus démunis et de la classe moyenne, dont l’allocation canadienne pour enfants et l’augmentation du supplément de revenu garanti pour les aînés, dit-il. 

« Chez nous, il y a des besoins. La stratégie tombe à point dans la région, alors qu’on a près de 300 personnes sur une liste d’attente (pour un logement social). Nous pouvons penser que la mesure va permettre de la diminuer étant donné que nos organismes vont avoir accès à du financement. (...) C’est une excellente nouvelle », a commenté l’élu, qui n’a toutefois pas pu garantir qu’une part du montant alloué à la Stratégie nationale sur le logement servirait spécifiquement à construire ou rénover des logements sociaux dans Shefford.

« Le détail et les critères (d’attribution des subventions) ne sont pas encore déterminés. Il va y avoir des rencontres avec les provinces et, en temps et lieu, on pourra annoncer les montants alloués à chacune », a fait savoir le député, qui s’engage par contre à apporter son soutien aux organismes pour bien ficeler leurs dossiers.

En tout, 100 000 logements sociaux et communautaires pourraient être construits grâce à ces fonds, a-t-il cependant fait valoir; 300 000 autres pourraient être rénovés à l’échelle du pays. 

Autres mesures

D’autres mesures visant à venir en aide aux ménages ayant des besoins en matière de logement sont prévues dans le plan de match d’Ottawa. Si le quart des investissements seront dédiés à des projets destinés pour les femmes et leurs familles, les aînés, les personnes handicapées et les autres clientèles vulnérables devraient aussi bénéficier d’un coup de pouce.

« Actuellement, il y a des gens partout au Canada qui n’ont pas accès à un logement abordable, sécuritaire ou même en bon état », déplore M. Breton.

Son gouvernement, souligne-t-il, palliera à la situation en mettant en place une loi reconnaissant le droit au logement, puis en instaurant en 2020, une allocation canadienne au logement pouvant aller jusqu’à 2500$, dont 1000 ménages de la circonscription pourraient se prévaloir. 

Ce délai, qui repousse la réalisation de cet engagement à un prochain mandat, s’explique par le temps nécessaire pour laisser cours à des négociations avec les provinces et les territoires, allègue M. Breton.