Le fondateur de Protec-Style, François Simard. Installée rue Bernard à Granby, l'entreprise exploitait les propriétés isolantes de l’asclépiade afin de créer différents produits résistants au froid.
Le fondateur de Protec-Style, François Simard. Installée rue Bernard à Granby, l'entreprise exploitait les propriétés isolantes de l’asclépiade afin de créer différents produits résistants au froid.

Protec-Style déclare faillite

Onde de choc dans l’industrie de l’asclépiade au Québec­. Radio-Canada rapporte que Gestion­ Protec-Style a déclaré faillite mercredi dernier, mettant ainsi fin aux activités de ses usines situées à Granby et à Saint-Tite.

« Devant l’échec d’une récolte de qualité en provenance de la Coopérative Monark, c’est avec un très grand regret que nous vous avisons que les entreprises Protec-Style inc., Les Industries Encore 3 et Fibre Monark se voient dans l’obligation de fermer leurs portes », a indiqué dans un courriel la présidente Janique Scott, qui a toutefois refusé d’offrir plus de commentaires.

Les trois entreprises partenaires ont été regroupées le 6 octobre afin de créer Gestion Protec-Style. Le dossier a ensuite été inscrit au Registre des dossiers de faillite et d’insolvabilité le 11 octobre. 

Installée rue Bernard à Granby, Protec-Style exploitait les propriétés isolantes de l’asclépiade afin de développer des produits résistants au froid. 

Toujours selon Radio-Canada, les Industries Encore 3 avaient réservé 90 % des récoltes d’asclépiade au Québec. La Coopérative Monark, qui rassemble les 125 producteurs actifs dans la province, se retrouve donc le bec à l’eau. Réfutant l’hypothèse d’une production insuffisante, le président du regroupement, Daniel Allard, a néanmoins bon espoir d’en venir à une entente avec un nouveau client prochainement.

L’alpiniste québécois Jean-François Tardif avait testé une combinaison fabriquée par Protec-Style au mont Everest.

Des débuts prometteurs

La faillite de Protec-Style a de quoi surprendre. Au cours des dernières années, La Voix de l’Est a maintes fois rapporté les avancées effectuées concernant la transformation de l’asclépiade. 

En collaboration avec l’Université de Sherbrooke et la Ville de Granby, Protec-Style a notamment joué un rôle-clé dans l’implantation du Carrefour d’innovations en technologies écologiques au printemps 2015. L’asclépiade est d’ailleurs devenu l’emblème floral de Granby.

Les vêtements fabriqués par Protec-Style ont également été testés au mont Everest ainsi que par la Garde côtière canadienne, en vertu d’un contrat de 507 000 $ signé en 2016 avec Services publics et Approvisionnement- Canada.

Selon des données compilées par Radio-Canada, les entreprises de Gestion Protec-Style ont reçu près de 1,1 million de dollars en prêts et subventions (dont un prêt de 27 000 $ provenant du CLD Haute-Yamaska) entre 2013 et 2016.