« Je pense que ça dénote qu'on a appris de nos erreurs. Ça démontre aussi qu'il y a une évolution des mentalités », dit le maire Pascal Bonin.

Modifications au projet de la rue Vittie

Les difficultés entourant le déploiement du plan de mobilité active de la ville de Granby vont s'aplanir avec le temps, estime le maire Pascal Bonin. À preuve, les réticences suscitées par le projet de la rue Vittie se sont déjà atténuées à la lumière des récentes modifications apportées par la Ville.
« Je pense que ça dénote qu'on a appris de nos erreurs. Ça démontre aussi qu'il y a une évolution des mentalités », a affirmé le maire Pascal Bonin.
L'an dernier, l'aménagement d'une piste multifonctionnelle dans la rue Léger a suscité une importante levée de boucliers de la part des résidants du secteur, opposés à l'ajout de cette infrastructure. Le sujet a fait couler de l'encre tout au long de l'été.
Le scénario semblait vouloir se répéter cette année, alors que la Ville profite de travaux de reconstruction des infrastructures urbaines (aqueduc, égout), estimés à 1,6 million $, sur des sections des rues Vittie, Kent et Glen, pour y inclure des aménagements de mobilité active. Lorsque présentée aux résidants, cette portion du projet a suscité son lot de critiques et de commentaires. Certains résidants y sont toutefois allés de suggestions afin de bonifier le projet ; suggestions qui ont été retenues.
« Autant les citoyens que la Ville, on a cherché à s'écouter et à travailler ce dossier-là. Cette année, les gens n'étaient pas opposés au projet. Ils se demandaient si on allait faire les bons changements. (...) La conclusion, c'est que la discussion doit toujours demeurer ouverte, mais je pense qu'il y a eu une évolution des mentalités très grande dans la population par rapport à l'an passé. C'est très positif pour le futur et les aménagements qui pourraient être faits pour la mobilité active », estime le maire. 
Modifications 
Un résidant de la rue Vittie, Francis Vincent, a remercié les élus, lors de la séance du conseil, « d'avoir écouté les suggestions des citoyens ». « Le plan initial a changé beaucoup. On est passé d'une piste multifonctionnelle (bidirectionnelle, du côté est de la rue) à une piste cyclable unidirectionnelle de chaque côté de la rue. Je trouve que ce sont des bons points qui ont été modifiés. Garder les trottoirs, c'est aussi une bonne idée », a reconnu M. Vincent.
Autre modification qui a été apportée au projet : la Ville a convenu d'ajouter un budget supplémentaire de 170 000 $ pour compléter l'aménagement de la piste cyclable jusqu'à la rue Mountain, alors que le plan initial ne visait que la zone des travaux de reconstruction des infrastructures urbaines, entre les rues Glen et Marquis. De Marquis à Mountain, les travaux de voirie permettant l'ajout de la piste cyclable et la réfection des trottoirs seront ainsi réalisés.
« La conception prévoit une piste unidirectionnelle et un trottoir de chaque côté de la rue, mais sur trois niveaux : le niveau de la rue, celui de piste et du trottoir sont légèrement différents pour séparer les usagers davantage », explique le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Gabriel Bruneau. 
Il restera maintenant à voir comment les cyclistes de la rue Vittie pourront joindre la piste cyclable l'Estriade en traversant la rue Denison Est, qui est très achalandée, a relevé Francis Vincent, préoccupé par cet aspect du projet. « La rue Denison est une rue névralgique. Ils auraient dû commencer par là. (...) C'est correct qu'ils nous aient consultés, mais j'aurais aimé que le plan initial soit mieux », a-t-il commenté vendredi. 
« Le reste du plan va tomber au fur et à mesure. On va y aller bout par bout. Après, on verra les autres liens à créer. Comme il reste un lien à faire sur la rue Léger (pour se rendre à l'Estriade), il va en rester un pour Vittie. Mais une fois qu'on va les avoir fait les deux, on va avoir fait un grand pas », dit le maire Bonin.