Les copropriétaires de l'Attelier Archibald et du Social Bar et Cie à Granby, Martin et Jo-Anne Gagnon ainsi que Laurent Godbout (absent sur la photo) planchent sur un événement bénéfice qui pourrait réunir une vingtaine de chefs.

Mobilisation pour la relance de la Ferme Héritage Miner

La fermeture de la Ferme Héritage Miner à Granby pourrait bien être temporaire. Une importante mobilisation de sympathisants de la ferme éco-touristique s'est mise en mouvement. Souper-bénéfice, mise en place d'un comité de relance : le début de 2017 s'annonce effervescent.
La nouvelle des difficultés financières de la FHM et de sa fermeture annoncée pour le 7 janvier a suscité un élan de sympathie sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours. Un exemple parmi d'autres ? Même s'il est actuellement en Floride, le copropriétaire de l'Attelier Archibald et du Social Bar et Cie, Laurent Godbout, a lancé l'idée à ses partenaires d'affaires, Martin et Jo-Anne Gagnon, qu'un événement-bénéfice regroupant des chefs de la région et d'ailleurs soit organisé à court terme pour aider la Ferme. 
La réponse ne s'est pas fait attendre. Martin Gagnon a confirmé vendredi que le projet va bon train. Dans un monde idéal, une vingtaine de chefs y participeront. Plusieurs ont déjà répondu présents. 
« Les gens sont intéressés à aider. Il reste à savoir où on va faire ça. On a une bonne idée, mais il faut voir combien va coûter la location de la salle. On voulait faire ça à la ferme, mais on pense qu'il va y avoir plus de 200 personnes », a avancé M. Gagnon.
« On veut aider à relancer la ferme. On ne pourra pas les (administrateurs) aider à l'année à rentabiliser ça. Mais on veut leur donner un coup de pouce parce qu'ils le méritent », ajoute-t-il, tout en soulignant que la tenue d'un encan silencieux est aussi envisagée.
Cadeau de Noël 
L'une des administratrices de la FHM, Céline Gauthier, a affirmé vendredi que cette mobilisation spontanée a des allures de « cadeau de Noël » pour le conseil d'administration.
Et elle peut d'ores et déjà affirmer qu'un comité de relance sera mis en place. Malgré la course folle qui précède le temps des Fêtes, plusieurs personnes ont manifesté le désir de mettre l'épaule à la roue. « On parle de personnes de tous azimuts : des gens d'affaires, des citoyens », note Mme Gauthier. 
La Ferme Héritage Miner fermera malgré tout le 7 janvier, mais le travail du comité devrait débuter rapidement en 2017. Sans parler de la mise en place d'un nouveau modèle d'affaires, une « restructuration » est assurément dans l'air, avance l'administratrice. 
Atout 
Le directeur général du Zoo de Granby, Paul Gosselin, est un de ceux qui suivent le dossier avec attention. Le Zoo est un des partenaires privilégiés de la Ferme. En 2013, il y est allé d'une aide financière de 750 000 $ pour aider à rénover et à aménager la grange. Il offre aussi un soutien aux activités opérationnelles du site. 
« On trouve ça désolant ce qui arrive. La Ferme est importante parce qu'elle est une attraction touristique de plus dans la région. (...) Le Zoo ne veut pas faire cavalier seul. On veut qu'il y ait autre chose à faire dans la région. On a à coeur les partenariats qu'on a aussi avec le Centre d'interprétation de la nature et avec le parc de la Yamaska. Ça profite aux hôteliers, à tout le monde », a déclaré M. Gosselin. 
Celui-ci affirme d'ailleurs avoir manifesté cette semaine au maire Pascal Bonin le désir que le site conserve une vocation touristique. Et il serait prêt à s'impliquer dans le comité de relance qui se mettra en place. 
Une chose est toutefois déjà claire aux yeux de Paul Gosselin, le Zoo de Granby n'a pas l'intention de gérer la FHM. Cela n'est pas « dans sa mission première », dit-il. Mais elle pourrait, à court terme, prendre le relais de la gestion du Boisé Miner, si cela devait être nécessaire. Ses biologistes y sont déjà actifs, fait-il valoir. 
Le maire Pascal Bonin a préféré vendredi réserver ses commentaires dans ce dossier au début janvier 2017. Le conseil municipal a récemment refusé la demande d'aide financière de 125 000 $ maximum, sur une période de deux ans, déposée par la ferme.
Si la Ville a injecté quelque 700 000 $ en argent et en services depuis 2010, le protocole d'entente qui la lie à la FHM prévoit toutefois qu'aucune aide financière n'est apportée aux activités d'opération.