Les membres du conseil municipal de Granby. Debout, à l’arrière : Robert Riel, Catherine Baudin, Éric Duchesneau, Denyse Tremblay, Jocelyn Dupuis, Julie Bourdon, Alain Lacasse et Robert Vincent. Assis à l’avant : Jean-Luc Nappert, Pascal Bonin et Stéphane Giard.

Les élus prêtent serment à Granby

Le nouveau conseil municipal de Granby est maintenant en place. Les élus ont été assermentés, vendredi soir, lors d’une cérémonie où la fébrilité et la nervosité se mêlaient au soulagement face à l’accomplissement.

Ce cocktail a d’ailleurs donné lieu à quelques lapsus qui ont déridé l’assistance, comme lorsque le conseiller Robert Riel qui a remplacé le mot « j’adhère » par « j’achève » avant de se reprendre. Stéphane Giard y est allé d’une blague avant de s’asseoir pour prononcer le serment et Jean-Luc Nappert a admis qu’il « y a toujours des moments dans la vie où l’émotion­ est grande ».

Ces trois élus n’en étaient pas à leur première assermentation, mais cette fois, le déroulement avait été légèrement modifié. Plutôt que d’assermenter les élus dans l’ordre, des districts 1 à 10, on a d’abord fait place aux dames. Julie Bourdon, Denyse Tremblay et la nouvelle élue Catherine Baudin ont prêté serment immédiatement après le maire Pascal Bonin. Leurs collègues masculins, dont le nouvel élu Alain Lacasse, ont suivi.

« Je sais que, pour les élus, c’est un moment émouvant, unique », a lancé M. Bonin à l’assemblée après que les dix conseillers aient pris place dans leur siège respectif. 

Le maire s’est souvenu du début de son dernier mandat, alors que le conseil, majoritairement réélu dimanche dernier, n’avait pratiquement rien avec quoi travailler. Cette fois, les élus ont déjà plusieurs dossiers en cours, a-t-il dit, rapppelant les grands projets mis en route. « Le succès n’arrive pas sans travail. Le conseil ne s’assoira pas sur le succès de son dernier mandat. Il va continuer­ à faire rayonner la ville. »

En plus d’annoncer la création d’un poste de conseiller au développement de la jeunesse, le premier magistrat a rappelé que le conseil a le rôle de représenter les minorités, comme les parents monoparentaux qui ont du mal à tout faire ou encore les plus démunis. « Le conseil a un mandat important, celui de représenter la voix des sans-voix. C’est aussi ça, être conseiller. Le conseil a la responsabilité de veiller sur eux. »

De nouveaux visages

Les assidus des séances du conseil y remarqueront deux nouveaux visages : Catherine Baudin et Alain Lacasse, qui prendront la relève de Michel Mailhot et Joël Desmarais.

M. Lacasse a avoué qu’il était nerveux lorsqu’est venu le temps de prendre la parole devant quelques dizaines de personnes. « Je suis toujours nerveux, même si je travaille là-dedans. J’ai toujours le trac, mais j’aime ça. Ça donne de l’adrénaline. »

Alain Lacasse a aussi hâte de jeter un œil sur le prochain budget, qui sera présenté au conseil le 18 novembre. Il s’est dit particulièrement attiré par les dossiers concernant la jeunesse puisque son fils de 16 ans est un jeune entrepreneur. 

Ayant déjà été assermentée pour devenir citoyenne canadienne, Catherine Baudin n’a pas quant à elle ressenti de nervosité particulière lorsqu’elle a juré de respecter les valeurs de la ville. 

« Je me lance dans l’inconnu, a évoqué la conseillère du district 10. Mes amis me demandaient si j’étais nerveuse, mais je ne sais pas où je m’en vais, alors je ne peux pas être nerveuse ! »

Partie de la France à l’âge de 27 ans, Mme Baudin réside au Québec depuis 21 ans maintenant. Avec ce bagage, elle espère apporter un regard extérieur­ autour de la table.

Trois fois plus de femmes qu’en 2013

En 2013, le conseil élu était composé uniquement d’hommes. Les élections partielles tenues au cours des deux dernières années à Granby­ ont permis l’élection de deux femmes, Julie Bourdon et Denyse Tremblay, ce qui a amené une dynamique différente dans les réunions, croit le maire Bonin, qui se réjouit de voir une femme de plus s’ajouter à la table.

« La présence de femmes dans un caucus, ça a tendance à ralentir les ardeurs, remarque-t-il. Les hommes, entre eux, sont plus rough. Avec les femmes, on se retient un peu plus et je pense que c’est une bonne chose. [...] C’est essentiel d’avoir des femmes sur un conseil, c’est pas juste une question de représentativité, mais aussi de vision. Elles ont une plus grande sensibilité sur certains enjeux. Ça prend ce mélange-là pour avoir un bon conseil. »

Selon le directeur général de Granby­, Michel Pinault, 32,84 % des personnes élues au Québec dimanche dernier sont des femmes, comparativement à 24 % en 2005.

La place aux jeunes

Un poste de conseiller en développement à la jeunesse sera bientôt créé à Granby, a annoncé le maire Pascal Bonin immédiatement après l’assermentation du nouveau conseil.

« Il est grand temps qu’à Granby quelqu’un s’occupe de la jeunesse», affirme-t-il. 

« C’est quelqu’un qui va être engagé. Quand on parle de jeunesse, c’est au sens large. On parle de qualité de vie, de sport, de loisir, d’emploi, d’attractivité, d’éducation. On va avoir une personne dédiée. »

Au cours des deux dernières années, beaucoup d’efforts ont été déployés pour augmenter le nombre d’activités pour les jeunes à Granby, mentionne Pascal Bonin. 

« C’est dur pour les politiciens, pour une mairie, de gagner la confiance des jeunes, ajoute-t-il. Je pense qu’on [a réussi]. Mais il faut les maintenir à Granby, il faut être attractif pour eux, il faut regarder ce qu’est l’avenir de notre ville, et ce sont les jeunes qui sont l’avenir de notre ville. On leur fait une place. »