«Le message du conseil, c’est si vous voulez un lieu de culte à Granby, allez dans une zone déjà conforme à cet effet-là», dit le maire Pascal Bonin.

Granby: l'implantation de lieux de culte limitée à certains secteurs

Afin d’éviter l’étalement des lieux de culte aux quatre coins de la ville, les élus de Granby ont décidé de limiter leur présence dans la dizaine de secteurs où le zonage permet déjà ce type d’activité.

« Ça n’a aucun rapport avec la religion », a tenu à préciser d’entrée de jeu le maire Pascal Bonin, lors de la dernière séance du conseil municipal. 

Cette décision a été prise dans la foulée d’une demande formulée par une communauté, présente depuis 17 ans rue Cabana à Granby. Celle-ci souhaite se relocaliser, car elle est en croissance. Elle pourrait atteindre 300 membres dans le futur, a fait valoir un représentant de la communauté dans sa demande à la Ville, dont les médias ont obtenu copie. 

Elle loue actuellement des classes du Cégep de Granby les samedis pour offrir des cours de mathématiques et de français à ses jeunes membres. Des salles sont aussi louées pour y célébrer des fêtes religieuses et des mariages. 

Pour pallier la situation, le groupe souhaite ainsi s’installer dans l’immeuble situé au 635, rue Cowie afin d’y aménager un lieu de culte, avec une salle sociale et quelques classes. Mais cela nécessite un changement de zonage. La demande n’a toutefois pas fait l’objet d’une recommandation favorable du comité consultatif d’urbanisme (CCU), alors que ces activités « ne sont pas souhaitables pour l’ensemble de la zone ». Le CCU a plutôt suggéré d’opter pour un Projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI).

Déjà des zones

Le conseil municipal n’a, pour sa part, pas souhaité aller de l’avant ni avec un changement de zonage, ni avec un PPCMOI. Il existe déjà à Granby une dizaine de secteurs où le zonage permet la présence de lieux de culte, a fait remarquer le maire. 

« Pourquoi toujours agrandir des zones chaque fois qu’il y a une demande ? questionne-
t-il. À un moment donné, il y en a un peu partout. Le message du conseil, c’est si vous voulez un lieu de culte à Granby, allez dans une zone déjà conforme à cet effet-là. » 

Pascal Bonin assure que la décision des élus « n’a aucun rapport avec les demandeurs ». Elle n’est pas non plus liée à des plaintes qui auraient pu être formulées. Seulement, elle témoigne d’une nouvelle ligne directrice que le conseil s’est donnée. 

En analysant le dossier, il a par ailleurs été constaté que deux zones où ce type d’usage est déjà permis « sont trop larges », selon Pascal Bonin. Elles seront ainsi éventuellement resserrées, laisse-t-il savoir.

Le maire n’est pas en mesure de chiffrer le nombre de lieux de culte sur le territoire. Mais ils seraient en augmentation.  

Selon Pascal Bonin, l’étalement des lieux de culte sur l’ensemble du territoire n’est pas un phénomène unique à Granby. Le conseil municipal a toutefois « mis ses culottes », estime-t-il, en balisant davantage leur implantation.