Propriété de la Ville de Granby, l’édifice situé au 442 rue Saint-Jean accueillera un centre de pédiatrie sociale.

Granby aura son centre de pédiatrie sociale

La Ville de Granby aura son centre de pédiatrie sociale. Les élus ont accepté lundi soir de fournir un local, d’en assumer les coûts de mise aux normes, de même que le montant du loyer annuel.

Le projet, qui serait déjà assuré d’une aide financière de la Fondation du Dr Julien, chemine depuis déjà un petit moment, a indiqué le maire Pascal Bonin aux médias au terme de la dernière séance ordinaire du conseil avant les élections municipales du 5 novembre prochain. 

Il est piloté par un comité de démarrage réunissant près d’une dizaine de personnes issues des milieux communautaire, de la santé, des affaires et de l’éducation. La Dre Véronique Fryer est l’une des leaders de ce projet, aux côtés de l’avocate Leilani Piette et d’André Labbé, chef de service direction jeunesse au CIUSSS de l’Estrie–CHUS, selon un document de présentation du projet dont les médias ont obtenu copie. 

Le maire Bonin affirme que la localisation du centre représentait un problème. La Ville a ainsi convenu de mettre à la disposition du projet des locaux dans un immeuble qui lui appartient, situé au 442 rue Saint-Jean.

Des travaux de mise aux normes, estimés à 75 000 $, sont cependant nécessaires. Tous les élus présents lundi leur ont donné leur aval. Même chose pour les coûts annuels du loyer, d’environ 18 000 $ par année, qui feront l’objet d’une aide financière équivalente. Un protocole d’entente sera conclu avec le centre de pédiatrie sociale. 

Besoins

Pascal Bonin estime qu’il s’agit là d’une « excellente » nouvelle pour Granby. « On sait qu’il y a des besoins. Il y a des enfants qui sont élevés par le trottoir, je vais dire ça comme ça », affirme-t-il. 

« Je pense que c’est une preuve que les villes ont d’autres mandats que de ramasser les poubelles et de réparer les trous d’asphalte », ajoute le maire.

Pour l’heure, il est cependant difficile d’obtenir des infor­mations sur les prochaines étapes du projet. Le comité de démarrage devrait prochainement désigner un porte-parole qui pourra préciser les démarches en cours, a laissé savoir l’une des membres du groupe, Annie Blanchard, coordonnatrice de l’organisme Réussir avec PEP à Granby. 

« L’implantation d’un tel projet vise à mettre en place des services complets et adaptés aux familles vivant dans un contexte de pauvreté et d’exclusion sociale associé à de grandes vulnérabilités à maints égards », est-il précisé dans le document rédigé par le comité de démarrage. 

Un centre de pédiatrie sociale, le centre Main dans la Main, a également ouvert ses portes à Cowansville il y a environ quatre ans. À Granby, le projet est dans l’air depuis le printemps 2015 et aurait fait l’objet d’une mobilisation­ importante.