Bruno Campbell, directeur du deuxième cycle au Collège Mont-Sacré-Coeur et Caroline Garand, porte-parole du Service de police de Granby.

Cybervie: un projet percutant

Connaissez-vous Camélia Desjardins ? En moins de trois mois, elle a réussi à avoir 1300 amis sur son compte Facebook. Certains sont des élèves du Collège Mont-Sacré-Coeur et ceux-ci ont été surpris d'apprendre, vendredi, que cette jeune femme... n'existait tout simplement pas.
Des étudiants du groupe de pairs aidants Les Galarnos du Collège, en collaboration avec le personnel de l'établissement et le Service de police de Granby, ont créé ce profil de toutes pièces afin de sensibiliser les élèves aux dangers des médias sociaux. 
« Des mises en garde sont faites, mais le message ne passe pas », estime Bruno Campbell, directeur du deuxième cycle au Collège Mont-Sacré-Coeur. 
L'exercice, réalisé dans le cadre du projet Cybervie, a démontré que les jeunes n'hésitaient pas à aller vers une pure étrangère. Le compte, qui est maintenant fermé, a également permis de constater que certaines personnes sont mal intentionnées. Un homme de 66 ans et un père de famille de 32 ans qui prétendait n'en avoir que 17 ont contacté l'adolescente. Certains de ses amis Facebook lui ont même envoyé des photos dénudées.
Des enquêtes policières seront d'ailleurs ouvertes pour établir si des accusations criminelles pourraient être déposées, indique Caroline Garand, porte-parole du Service de police de Granby.
Ce compte fictif sur Facebook s'inscrivait dans le cadre d'une semaine consacrée à la sensibilisation de l'usage des médias électroniques et destinée à tous les étudiants de l'établissement. Les aspects légaux et sécuritaires étaient au coeur des messages de prévention. 
« Cybervie, c'est la vie numérique, les gens qui la côtoient toutes les minutes, toutes les heures, tous les jours », explique M. Campbell, qui a mis cette initiative de l'avant en collaboration avec la responsable des Galarnos, Julie Côté et le policier Marc Farand.
Une simulation d'accident a donné le coup d'envoi à la semaine de sensibilisation, lundi. Un conducteur qui textait au volant a alors renversé un étudiant. Un scénario monté de toutes pièces qui a fait réagir les étudiants. 
Une vidéo sur la « sextorsion », une création des Galarnos, a aussi été présentée aux étudiants jeudi. Elle met en garde les internautes qui seraient tentés d'envoyer des photos dénudées d'eux. Ils s'exposent à être victimes de chantage de la part du destinataire, qui pourrait leur réclamer de l'argent, sans quoi les photos seront diffusées sur Internet. 
« Les photos sont sur Internet pour la vie », prévient Bruno Campbell. 
« Ça se propage très rapidement, renchérit la policière Garand. Ça se vit dans les écoles, mais également auprès des adultes. » 
Deux autres vidéos créées par les Galarnos, qui abordent la dépendance au cellulaire et la sécurité des comptes, seront présentées la semaine prochaine, l'école ayant été fermée mardi et mercredi en raison de la tempête de neige.