Pascal Bonin

Bonheur, surprise et déception

Malgré les résultats du sondage de Segma Recherche qui le place largement en avance sur ses adversaires, le maire sortant de la ville de Granby, Pascal Bonin, refuse de se réjouir trop rapidement. Ses adversaires, Yves Bélanger et Carl Bouvier, n’ont, pour leur part, pas caché leur surprise, voire leur déception.

« Il ne faudrait pas penser que la victoire est acquise le 5 novembre. Il faut que les gens se déplacent, qu’ils aillent voter. C’est ma dernière élection. Je prends ça au sérieux. Mais je suis touché. Je ne m’attendais pas à ces chiffres-là », a commenté M. Bonin, lorsqu’informé des résultats jeudi. 

Il se réjouit cependant que 79 % des répondants du sondage soient satisfaits du travail qu’il a effectué à la mairie au cours des quatre dernières années. Pascal Bonin souligne avoir « travaillé en équipe ».

« Ça envoie le message qu’on a fait de bons projets. Il faut continuer à être diversifié et à avoir un système financier solide pour pouvoir améliorer la qualité de vie (des résidants). Mais c’est une belle claque dans le dos que me donne la population et je l’apprécie », dit-il. 

Le maire sortant ne cache cependant pas son étonnement face au 71,3 % des répondants du sondage qui se sont dits en accord avec la nouvelle image de marque de la Ville. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre.

« C’est toujours dur de mesurer quelque chose comme ça dans une population. L’opposition avait tellement crié fort qu’on avait l’impression que c’était très faible. À 71 %, c’est le trois quarts des citoyens (qui sont en accord), c’est quand même beaucoup », analyse-t-il. 

Pas de surprise toutefois avec l’important consensus qui semble entourer le projet de construction du centre aquatique.

Étonné

Yves Bélanger

Le principal adversaire du maire sortant, Yves Bélanger, affirme, de son côté, être « étonné » des résultats du sondage. Après la répartition du vote des indécis, il obtient 16,8 % des appuis, contre 79 % pour Pascal Bonin et 4,2 % pour Carl Bouvier. 

« Je ne m’attendais pas à un écart aussi élevé », souligne M. Bélanger. « C’est clair que je pars de loin. Je partais de très loin. J’ai l’impression d’avoir quand même fait une bonne progression dans les dernières semaines et de faire des gains chaque jour lors de mon porte-à-porte », ajoute celui qui affirme qu’un « goût de changement » est perceptible dans l’air. 

Yves Bélanger dit par ailleurs avoir l’impression personnelle que « la lutte est plus serrée ». « D’après moi, il y a au moins quatre personnes sur dix qui me semblent favorables. Plusieurs l’affirment ouvertement », note-t-il. 

Malgré tout, le candidat à la mairie assure que les résultats du sondage le « stimulent ». « Je dois continuer. Il ne faut pas que je ménage mes efforts. Il faut qu’on travaille jusqu’à la fin. Le défi, c’est de faire sortir le vote. Je vais continuer à me battre, à mettre les énergies nécessaires pour me faire connaître et faire connaître ma vision et mes engagements auprès de la population », déclare M. Bélanger. 

Déçu

Carl Bouvier

Carl Bouvier, qui avait tenté sa chance et terminé dernier à la mairie de Granby en 2013, n’a, pour sa part, pas caché sa déception. « Ce n’est pas beaucoup », a-t-il commenté au sujet de ses appuis qui s’élèvent à 4,2 %. « J’aurais pensé que les gens auraient voulu un meilleur avenir que ça... », a-t-il repris avec dépit.

M. Bouvier aussi affirme que sa lecture personnelle des intentions de vote, sur le terrain, est différente de celle du sondage. Il croyait obtenir un pourcentage plus élevé. Il dit ne pas abandonner la partie, mais il reconnaît avoir fort à faire au cours des prochains jours pour renverser la tendance.