Une employée a été grièvement blessée par un lion, lundi matin, au Zoo de Granby.

Attaque au Zoo : la gardienne ne conservera pas de séquelles majeures

Au lendemain de l'attaque d'une gardienne par une lionne, le Zoo de Granby a fait savoir que la gardienne, qui est toujours hospitalisée, ne devrait pas conserver de séquelles majeures. La direction a également fait savoir que le félin qui l'a gravement blessée ne sera pas euthanasié. Le confinement des trois lions a également été levé.
«Les nouvelles récentes que nous avons eues sont très bonnes quant à son état de santé», a fait savoir Paul Gosselin, le directeur général du Zoo de Granby, lors d'une conférence de presse mardi après-midi. 
La gardienne souffre d'une fracture cervicale qui serait mineure après avoir été mordue au cou par la bête et de lacérations importantes, selon le directeur du Zoo qui s'est entretenu avec le conjoint de l'employée. Sa blessure cervicale ne devrait pas entraîner d'impact neurologique ou physique. «Elle devrait s'en remettre complètement de ce côté-là», renchérit M. Gosselin. La femme âgée dans la vingtaine ne devrait conserver aucune séquelle majeure. 
Elle a subi une intervention chirurgicale lundi, ce qui a permis de confirmer que la trachée n'a pas été atteinte. Aucun organe vital n'a été touché.
Pas d'euthanasie
Les autorités du jardin zoologique ont annoncé que la lionne Kao, une femelle âgée de 14 ans qui est née en captivité au Zoo, ne sera pas euthanasiée. L'animal n'était pas agressif ni avant ni après l'attaque. «Il faut comprendre que cet animal-là, qui est un félin, s'est retrouvé avec une forme d'agression dans son milieu, dans son territoire et a agi comme un animal sauvage, comme un lion aurait agi», dit M. Gosselin. 
Les recommandations obtenues par les associations auxquelles le Zoo de Granby détient ses accréditations ont conclu que l'animal ne devait pas être abattu.