André Madore, de Roxton Pond, a plaidé coupable à des accusations de complot pour trafic de stupéfiants et de trafic de cocaïne.

André Madore et Ghislain Morin plaident coupables

Celui qui supervisait le trafic de cocaïne dans la région de Granby en récoltant une « cote » sur le montant des ventes a reconnu ses torts devant le tribunal, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

André Madore, de Roxton Pond, a plaidé coupable à des accusations de complot pour trafic de stupéfiants et de trafic de cocaïne. L’écoute électronique avait permis d’étayer la preuve contre lui, notamment sur la commission qui lui était versée sur la vente de drogue.

Selon la preuve admise par les accusés dans le cadre du projet Muraille, Steevens Pédini ramassait les redevances de plusieurs vendeurs qu’il remettait à Madore qui, lui, versait l’argent au chapitre de Sherbrooke des Hells Angels. Plusieurs vêtements et accessoires « support » Hells Angels avaient d’ailleurs été saisis chez Madore lors de la perquisition du 29 juin 2016. Détenu depuis, l’homme, qui traîne un lourd dossier criminel remontant à 1985, connaîtra sa sentence le 8 janvier, au palais de justice de Sherbrooke.

Toujours selon la trame factuelle déposée au tribunal, le Nitro Gym de Granby était un endroit d’intérêt pour l’enquête policière et un système d’enregistrement audio et vidéo avait été installé dans le bureau du propriétaire­ Ghislain Morin.

À 17 reprises entre le 30 octobre 2015 et le 25 mars 2016, Jean-Maurice­ Viens, l’une des têtes dirigeantes qui a plaidé coupable lundi, a déposé des liasses d’argent dans un tiroir du bureau ensuite récupéré­ par Madore.

Steevens Pédini a aussi reconnu ses torts devant le juge Yves Tardif de la Cour supérieure. Il a plaidé coupable aux accusations de complot pour trafic et de trafic de stupéfiants. Il était responsable de la vente de méthamphétamines pour une partie du territoire de Granby. Détenu à la prison de Bordeaux à Montréal, Pédini connaîtra sa peine le 17 novembre prochain.

Ghislain Morin : recel et trafic de stéroïdes

L’ancien propriétaire du Nitro Gym de Granby, Ghislain Morin, a aussi reconnu certaines accusations qui avaient été portées contre lui à la suite de cette opération. En lien avec le projet Muraille, il a reconnu le recel de plus de 5000 $. Son avocat, Me Roger Paquin, a expliqué que son client prêtait un tiroir pour que certains clients, dont Madore et Viens, puissent y déposer et prendre de l’argent. Me Paquin a assuré que M. Morin n’avait pas touché d’argent de ce « service ».

À la suite d’une suggestion commune de son avocat et de la procureure aux poursuites criminelles, Me Caroline Meilleur, une peine de 15 mois de détention à purger dans la collectivité a été imposée. Il devra également effectuer 200 heures de travaux communautaires.

Ghislain Morin a aussi plaidé coupable à l’accusation de trafic de stéroïdes. Dans les faits, il injectait les stéroïdes à des clients de son gym qui en faisaient la demande. Il a ainsi reconnu avoir fait 680 injections entre octobre 2015 et juin 2016 et avoir vendu 147 fioles présumées être divers stéroïdes. Une amende de 10 000 $ lui a été imposée. 

À la suite de son arrestation, l’homme de 58 ans, sans antécédent judiciaire, a vendu son gym à perte et a renoncé au véhicule qui avait été saisi.