Granby souhaite obtenir en 2019 la mention Or de la certification Ville amie des monarques de la Fondation David Suzuki.

Granby, ville de prédilection pour les monarques

La Ville de Granby souhaite accentuer ses actions pour permettre la préservation des papillons monarques. Elle s’est récemment fixé pour objectif d’obtenir en 2019 la mention Or de la certification « Ville amie des monarques » de la Fondation David Suzuki.

Granby est actuellement la quatrième ville au Québec à avoir obtenu la mention Argent de cette certification, a récemment souligné la conseillère municipale responsable des dossiers environnementaux, Catherine Beaudin.

C’est le nombre d’actions mises en place par une municipalité, dans le cadre du projet L’effet papillon de la Fondation David Suzuki, qui détermine la mention à laquelle elle a droit.

Granby a pour sa part déjà mis de l’avant 15 des 24 mesures ciblées dans le cadre de la certification. Mais elle veut aller plus loin et réaliser l’ensemble des 24 mesures, alors que, selon la Fondation, la population de monarques a diminué de 90 % en Amérique du Nord depuis 20 ans.

Un budget de 5000 $, prélevé dans le Fonds vert de la Ville dédié à la conservation, a été accordé à ce projet, lors d’une récente séance du conseil municipal.

En action

Ce n’est pas d’hier que Granby se préoccupe des monarques, a fait valoir Catherine Baudin. « Je pense notamment à l’envolée des monarques qui se déroule chaque mois de septembre au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, mais aussi à la plantation d’asclépiade dans les parcs, comme on l’a fait à la Halte des générations. Je pense aussi à l’adoption de la réglementation sur les pesticides, entre autres », a-t-elle souligné.

Selon elle, ces actions profitent aux papillons monarques, mais aussi aux autres pollinisateurs qui « sont très précieux pour assurer le cycle de reproduction des végétaux ».

La conseillère municipale invite par ailleurs les citoyens à participer « à l’effort » de conservation en plantant de l’asclépiade dans leur jardin. C’est sur cette plante que les femelles monarques pondent leurs œufs.

L’asclépiade a en outre une résonnance particulière à Granby, puisqu’elle en est l’emblème floral depuis 2015. Une PME de Granby, Monark Eco Fibre, s’est aussi fixé pour objectif de commercialiser la fibre de cette plante (récoltée une fois délaissée par les papillons) qui a longtemps été considérée comme de la mauvaise herbe.

« Il nous reste quelques actions à instaurer pour obtenir la mention Or. C’est la plus prestigieuse. J’espère que nous atteindrons cet objectif en 2019. Granby deviendra alors la première ou l’une des premières villes québécoises à décrocher l’or. Ça serait très intéressant », affirme Mme Beaudin.

Encourager les responsables des jardins communautaires à mettre en valeur la conservation du monarque auprès des citoyens et organiser des activités de science citoyenne en lien avec les monarques figurent parmi les mesures à mettre de l’avant.