Granby veut amorcer des discussions avec Bromont et Cowansville au sujet du renouvellement de l’entente de la RARCE.

Granby veut avoir l'heure juste

Insatisfaite depuis longtemps, la Ville de Granby veut prendre un pas de recul pour discuter avec les villes de Bromont et Cowansville du renouvellement ou non de l’entente qui lie les trois villes à la Régie aéroportuaire régionale des Cantons-de-l’Est (RARCE).

Les élus granbyens ont d’ailleurs « dénoncé » l’entente de cinq ans au coût annuel de 96 000 $, lors de la dernière séance du conseil municipal, c’est-à-dire qu’ils ont manifesté le désir de ne pas la renouveler aux mêmes conditions alors qu’elle vient à échéance à la fin de l’année.

Il ne faut pas y voir là un geste négatif, a toutefois assuré le maire Pascal Bonin, aux médias, au terme de la séance. « C’est ultra positif. Plutôt que d’aller avec une entente dont Granby est insatisfaite, elle la dénonce et veut la négocier. C’est ça la réalité des choses », a-t-il fait valoir.

« Tout ce que je veux, c’est une entente que tout le monde considère gagnante, ajoute-t-il. La Ville de Granby, je ne suis pas sûr qu’elle la considère gagnante en ce moment. Est-ce qu’on peut la rendre gagnante ? Si on a été capable de signer une entente de loisirs avec la Ville de Bromont, pourquoi on ne pourrait pas signer une entente qui serait gagnante en matière d’aéroport ? »

Pascal Bonin, qui avait évoqué en 2016 le désir de Granby de se retirer de la RARCE, affirme compter sur la réalisation prochaine d’une étude « indépendante » pour y voir plus clair.

Cette étude, dont les coûts seront assumés par les trois villes, ratissera large, affirme-t-il. Impacts économiques, mode de fonctionnement, représentativité, état des infrastructures et investissements à prévoir : plusieurs éléments seront analysés.

Ces données « actuelles et de pointe » permettront ainsi aux conseillers municipaux de prendre une décision éclairée, de même que la mesure des retombées locales de l’aéroport, estime le maire de Granby.

régional ?
Pascal Bonin reconnaît que les réticences au sujet de la RARCE proviennent principalement de la Ville de Granby. Alors qu’il était conseiller municipal en 2013, il s’était opposé, avec l’ex-conseiller municipal et actuel député de Shefford, Pierre Breton, au renouvellement de l’entente de cinq ans, même si la majorité des élus avaient voté en faveur.

Pascal Bonin disait ne pas croire au potentiel des vols de passagers à Bromont que l’aéroport souhaitait développer.

« Il n’y a pas de gamble à faire avec l’argent des contribuables. On n’a pas d’assurances que ça va marcher. Ça fait 20 ans qu’on essaie. Le problème, c’est que quand on met le doigt dans l’engrenage, souvent le bras y passe », avait-il laissé tomber à l’époque.

Aujourd’hui, sa position semble cependant plus nuancée, alors que les relations entre les administrations municipales de Granby et Bromont se sont améliorées au cours des derniers mois. « Je suis un de ceux qui veulent avoir les informations de pointe », dit-il.

Pascal Bonin se réjouit en outre que l’étude soit réalisée par une firme indépendante, plutôt que par la RARCE. « Je ne veux pas que ça soit rose, je veux que ça soit réel », lance-t-il.

Dans le cadre de cette démarche, le maire veut aussi réfléchir au caractère « régional » de l’installation.

« Pourquoi, si c’est un aéroport régional, il y a seulement trois municipalités sur l’ensemble (des MRC) de Brome-Missisquoi et Haute-Yamaska qui cotisent ? » questionne-t-il.

Crever l’abcès
Le maire de Granby souhaite ainsi que les conseillers municipaux aient toutes les informations en main lorsque viendra le temps, dans quelques mois, de se prononcer sur le renouvellement de l’entente ou non, avec des modifications ou non.

« Peut-être qu’on ne sera pas en mesure de le faire et qu’on prolongera l’entente actuelle d’un an. Mais une chose est sûre : je veux qu’on crève l’abcès une fois pour toutes et qu’on sache où on s’en va dans ce dossier-là pour arrêter d’avoir de l’incertitude », dit-il en soulignant que l’entente n’a jamais été modifiée depuis 25 ans.