Vendredi, plus de 650 élèves de différentes écoles de la Ville ont profité de l’accès privilégié qui leur était offert. Bien qu’ils avaient le choix entre neuf lieux, le poste de police et la caserne des incendies ont surtout eu la cote.

Granby se dévoile

Les curieux ont été nombreux lors de la première des deux journées portes ouvertes organisées par la Ville.

Le poste de police et la caserne des incendies de Granby bourdonnaient d’une activité inhabituelle vendredi. Même chose à l’hôtel de ville, sur le chantier du futur centre aquatique ainsi que dans la majorité des bâtiments municipaux. Des citoyens et des centaines d’élèves se sont immiscés dans les coulisses de l’administration municipale.

La réponse de la population à la première des deux journées portes ouvertes organisées par la Ville de Granby a été à la hauteur des attentes. « On est vraiment content de faire cette activité-là pour les citoyens et démystifier le travail de l’administration municipale », a affirmé la directrice des ressources humaines et des communications à la Ville, Mélissa Mercure.

Tous les employés ont mis la main à la pâte pour l’occasion. Y compris le maire, Pascal Bonin, qui se glisse dans la peau de John Manners, le marquis de Granby, le temps d’un conte historique qu’il présente à la bibliothèque municipale avec l’historien et archiviste de la Ville, Alexandre Patenaude.

Les principales étapes du développement de Granby ainsi que l’apport de ses bâtisseurs y sont relevés. « Il y a eu un choix à faire parce qu’on ne peut pas tout raconter », a fait valoir Pascal Bonin, vendredi, à l’issue de sa première représentation. Bien qu’il souligne ne rien avoir d’un acteur, le maire a affirmé y prendre beaucoup de plaisir. Il revêtira son costume — et sa perruque — ce samedi pour deux autres présentations, à 10 h 30 et à 14 h.

Beaucoup à voir
Vendredi, plus de 650 élèves de différentes écoles de la Ville ont profité de l’accès privilégié qui leur était offert. Bien qu’ils avaient le choix entre neuf lieux, dont l’hôtel de ville, le garage municipal, le service d’évaluation et la centrale de traitement de l’eau potable, ce sont le poste de police et la caserne des incendies qui ont surtout eu la cote.

Lors du passage de La Voix de l’Est en matinée, une des autopatrouilles du Service de police de Granby était remplie d’enfants qui en découvraient tous les secrets. Même chose pour les autres véhicules (motoneige, VTT, moto) du service, qui étaient fort populaires. De courtes visites guidées étaient aussi organisées à l’intérieur du poste de police, notamment dans le quartier des cellules. « Les jeunes sont très curieux au sujet des cellules », a lancé le porte-parole du service, Guy Rousseau.

Même curiosité et intérêt du côté des pompiers, a affirmé le directeur intérimaire du service des incendies, Simon Boutin. « Les jeunes posent des questions, essaient les équipements et aiment beaucoup les camions », a-t-il dit.

Les citoyens ont aussi accès au chantier du futur centre aquatique, à la condition de respecter certaines consignes de sécurité. Ils peuvent ainsi mesurer de très près l’ampleur qu’aura l’endroit, avec ses deux bassins intérieurs et son bassin extérieur. Le site, déserté par les travailleurs, a été sécurisé et balisé pour l’occasion. Vendredi après-midi, les départs des visites guidées étaient réguliers.

Le maire, Pascal Bonin, se glisse dans la peau de John Manners, le marquis de Granby, le temps d’un conte historique.

De l’action
Il y a aussi beaucoup d’action à l’hôtel de ville, où l’ambiance est à la fête, pop corn inclus. Des visites guidées de l’édifice sont organisées. Plusieurs services municipaux sont réunis dans la salle du conseil. Une des salles de réunion a été transformée en atelier d’idéation, où les jeunes étaient invités vendredi à imaginer le parc de leur rêve.

Au sous-sol, le département des archives offre une fenêtre privilégiée sur l’histoire. Livre de procès-verbaux de 1948, sceau officiel de la ville et du canton, plans de bâtiments et autres rappels historiques ont été sortis des voûtes, le temps d’une exposition éphémère. « C’est l’occasion de montrer les beaux trésors qu’on a », a lancé une employée du service, Maude Charbonneau.

L’occasion est aussi idéale pour connaître les métiers et fonctions de la Ville.

Dans le stationnement, il est possible de découvrir le nouveau modèle d’autobus à plancher surbaissé qui circulera dans les rues à partir du 31 juillet prochain.

« C’est une bonne idée. Ils devraient refaire ça. Peut-être pas à toutes les années, mais aux deux ou trois ans », a lancé la Granbyenne Lynda Racine. Croisée à l’hôtel de ville et au poste de police, elle se promettait de se rendre aussi au chantier du centre aquatique.

Rencontrés en matinée, Nathalie Bernatchez et son conjoint avaient pour leur part l’intention de faire la tournée des portes ouvertes. Ils ont attaqué leur journée avec le conte animé du maire. « C’était très intéressant. C’est important de voir l’avant, le pendant et l’après », a-t-elle affirmé en faisant référence au caractère historique de l’exercice.

Les portes ouvertes se poursuivent ce samedi, alors que les employés reprennent leur poste entre 9 h et 16 h. Une chasse au trésor, dont le départ est à l’hôtel de ville, peut en outre être réalisée. La programmation complète est disponible sur le site web de la ville : www.granby.ca.