Le chef de la division des communications de la Ville de Granby, Marc Antoine Morin, affirme que le service d’alertes citoyennes fera l’objet d’un plan de communication d’environ 20 000 $.

Granby: nouveau système d'alertes citoyennes [VIDÉO]

Entrée en vigueur d’un avis d’ébullition, bris d’aqueduc ou fermeture de rue à signaler : les Granbyens pourront dorénavant être avisés sans tarder en cas d’urgence. La Ville s’est dotée d’un nouveau système de communication d’alertes.

« À l’ère de l’information instantanée, nous avons décidé d’emboîter le pas à plusieurs autres municipalités et d’offrir, nous aussi, un système automatisé de communication d’alertes citoyennes à notre population. Nous croyons que la ville de Granby doit prendre des mesures facilement accessibles pour veiller à la sécurité de ses citoyens », a fait valoir lundi le maire suppléant Robert Riel, à l’occasion d’un point de presse au cours duquel les détails du nouveau service ont été annoncés. 

Selon lui, l’alerte citoyenne est un « système fiable et performant ». Elle permettra de communiquer de courts messages instantanés et personnalisés par courriel, par texto ou par téléphone. Ces messages pourront viser l’ensemble de la Ville, un ou des secteurs, ou même une rue en particulier. 

Les Granbyens devront s’inscrire pour profiter du service. Détail : plusieurs adresses pourront être inscrites, de sorte qu’il sera par exemple possible d’obtenir les messages d’alerte pour sa résidence, celle de la garderie du plus jeune ainsi que celle d’un proche, relève le maire suppléant. 

Le directeur général de la Ville, Michel Pinault, souligne que cela s’inscrit notamment dans le cadre du règlement du gouvernement du Québec, en vigueur depuis peu, qui prévoit que les municipalités doivent mettre en place des systèmes d’alertes et de mobilisation des citoyens en cas de sinistre. 

Le règlement ne prévoit « pas nécessairement des systèmes comme ceux-ci, mais les municipalités doivent documenter des façons de communiquer avec leurs citoyens », précise-t-il. « Nous, on a choisi cette façon de faire là parmi les autres », souligne le DG.

15 décembre

Michel Pinault affirme que certaines mesures existent déjà à Granby pour aviser les citoyens, par exemple lors d’avis d’ébullition d’eau. Une camionnette, équipée de haut-parleurs, diffuse alors le message dans les quartiers concernés. Le nouveau service ne signifie pas que ces méthodes seront automatiquement abandonnées. 

« Mais on se dirige vers une communication beaucoup plus numérique, plus directe avec la population. C’est instantané. [...] Avec ça, quelques clics et c’est parti », lance-t-il. 

Les citoyens sont invités à s’inscrire en ligne à ce nouveau service avant le 15 décembre à alerte.granby.ca. Les personnes qui n’ont pas de connexion Internet à leur résidence peuvent entre autres demander à un proche de le faire pour eux. Ils peuvent aussi utiliser un des ordinateurs de la bibliothèque Paul-O.-Trépanier ou encore joindre le 450-577-1228. 

La date du 15 décembre a été ciblée pour obtenir un maximum d’inscriptions, car un test sera réalisé à l’ensemble de la Ville le lendemain, le 16 décembre. Il sera toutefois toujours possible de s’inscrire et de modifier son profil à tout moment. 

Le chef de la division des communications de la Ville de Granby, Marc Antoine Morin, souligne qu’un budget d’environ 20 000 $ a été prévu pour le plan de communication de ces alertes. Des capsules explicatives, entre autres prévues dans ce plan, sont déjà disponibles sur le site web de la Ville. 

La Ville a requis les services de la firme Prudent groupe conseil pour la mise en service de ce nouvel outil. Un mandat dont les coûts annuels s’élèvent à quelque 20 000 $ lui a été accordé. « Il y a certaines municipalités avec qui on travaille depuis plusieurs années. Et ça fonctionne. Essentiellement, c’est pour la sécurité civile, mais Sorel-Tracy l’utilise entre autres pour des fins de déneigement. Ça peut être utilisé à plusieurs autres fins », dit le directeur des services-conseils de l’entreprise de Belœil, Daniel Oligny. 

Granby n’a pas l’intention d’utiliser les alertes citoyennes pour le déneigement pour le moment, affirme Michel Pinault. Une deuxième phase d’utilisation du service pourrait toutefois être éventuellement mise en place, selon le sommaire décisionnel de la dernière séance du conseil municipal remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie. 

RÉVISION DU PLAN DE SÉCURITÉ CIVILE

La mise en œuvre du nouveau système d’alertes citoyennes s’inscrit alors que l’administration municipale de Granby a entrepris de réviser l’ensemble de son plan de sécurité civile. Celui-ci est en vigueur depuis une dizaine d’années, affirme le directeur général de la Ville, Michel Pinault. 

Pour ce faire, Granby a requis les services de la firme Prudent groupe conseil, qui a aussi œuvré à la mise sur pied du service d’alertes citoyennes. 

L’ensemble des intervenants de la municipalité a été réuni dans le cadre de la révision du plan de sécurité civile, selon M. Pinault. Le travail de révision est déjà en cours. 

« On est en train de revoir les missions des différents services pour que notre préparation soit optimale. C’est toujours ce qui est recherché en sécurité civile. Il faut toujours être prêt pour l’imprévisible. [...] Avec les conditions climatiques changeantes, il est évident qu’on va faire face à des risques majeurs au cours des prochaines années. À Granby, on sera prêts », dit Michel Pinault. 

Selon lui, le nouveau plan devrait être adopté au cours des prochains mois. Mais aucun échéancier précis n’est avancé. 

Un exercice d’urgence, avec une situation simulée à l’extérieur, pourrait être réalisé, dans le cadre de ce travail, afin de mesurer la mise en œuvre du plan.