C'est définitivement au restaurant La Shed que l'ambiance était au zénith, alors que les joueurs des Incroyables, leurs entraîneurs, leurs parents et les bénévoles de l'équipe se sont réunis pour une deuxième année afin d'assister ensemble à la grand-messe du football.

Granby mi-Falcons, mi-Patriots

La fièvre du football a touché Granby avec la tenue, dimanche, du 51e Super Bowl. L'incontournable rendez-vous des fervents du ballon ovale a culminé avec une victoire à l'arraché des Patriots de la Nouvelle-Angleterre sur les Falcons d'Atlanta au terme d'une incroyable remontée.
C'est définitivement au restaurant La Shed que l'ambiance était au zénith, alors que les joueurs des Incroyables, leurs entraîneurs, leurs parents et les bénévoles de l'équipe se sont réunis pour une deuxième année afin de regarder ensemble la grand-messe du football. Cris de joie, applaudissements, exclamations de surprise : les 110 convives étaient captivés par la partie lors du passage de La Voix de l'Est, dimanche en soirée.
Si certains portaient fièrement les couleurs de leur équipe fétiche, les faveurs étaient plutôt partagées entre les deux équipes, a fait savoir l'organisateur Normand Lussier, qui prévoyait une victoire bien « serrée » des Falcons.
Idem pour Maxime Harkans, dont le parti pris pour l'équipe d'Atlanta était bien visible sur sa casquette. Celui-ci estimait à quatre points la victoire des Falcons, « une jeune équipe avec beaucoup d'énergie », sur les Patriots, « qui ont l'expérience du Super Bowl ».
« Ce sont les unités défensives qui sont bonnes ce soir. C'est ce qui fera la différence », analysait pour sa part Martin Lemieux, qui prévoyait au contraire une victoire des Patriots 39-24.
« Quand on connaît le football, on peut mieux apprécier le jeu, note M. Lussier. On pense à des choses qu'on aurait faites autrement, ou on découvre des jeux auxquels on n'aurait pas pensé ! »
« Ça va être plus serré qu'on pense ! » annonçait en début de match Miguel Paquette, qui prédisait une marque finale de 54 contre 51 en faveur de l'équipe de la Nouvelle-Angleterre. Ses acolytes Mathieu Monast, David Beauregard et Joanie Caron-Harbec prévoyaient plutôt une défaite des Falcons de l'ordre de 27 à 24.
Pronostics
Ailleurs à Granby, les pronostics étaient aussi divisés.
« J'aimerais que ce soient les Falcons qui l'emportent, confiait Marco Rancourt, rencontré à La Cage, Brasserie Sportive en compagnie de son acolyte Pierre Mercure. C'est un club moins expérimenté, ce serait la victoire du club Cendrillon. »
« Ça va être plus serré qu'on pense ! » annonçait en début de match Miguel Paquette, qui prédisait une marque finale de 54 contre 51 en faveur de l'équipe de la Nouvelle-Angleterre. Ses acolytes Mathieu Monast, David Beauregard et Joanie Caron-Harbec prévoyaient plutôt une défaite des Falcons de l'ordre de 27 à 24.
« Les Falcons peuvent l'emporter, ils ont une meilleure attaque », estimait pour sa part Stéphane Dupuis, qui entrevoyait tout de même un match très serré.
Somme toute, outre le pointage final, le Super Bowl demeure un événement qui plaît à tout un chacun. Olivier Therrien, Marc-Antoine Daigneault et Charle Beaumont, eux, considèrent que ce sont à la fois le sport, les publicités, le spectacle d'envergure de la mi-temps et l'ambiance qui en font un incontournable pour les amateurs de sport. « C'est quand même impressionnant que la NFL ait réussi à devenir suffisamment grosse pour mobiliser toute la Terre autour d'une partie de football », souligne d'ailleurs le dernier.