L’accréditation Granby amie des enfants a été remise en présence de quelque 150 tout-petits réunis au complexe sportif Artopex.

Granby: les enfants au cœur des décisions

Les enfants seront davantage au cœur des décisions de l’administration municipale de Granby. La Ville a reçu lundi l’accréditation Municipalité amie des enfants, qui atteste de cette volonté.

L’accréditation a été remise au maire de Granby, Pascal Bonin, par le président du Carrefour action municipale et famille (CAMF) et maire de Varennes, Martin Damphousse, dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits. Plus de 150 enfants, provenant de plusieurs CPE de Granby, étaient réunis pour l’occasion au complexe sportif Artopex. 

« À partir de maintenant, les décisions qui seront prises devront tenir compte de vous, les plus petits », a lancé Pascal Bonin aux enfants assis sagement devant lui. 

Le maire a fait valoir que la Ville s’est déjà positionnée en faveur de la jeunesse, notamment en donnant un coup de main au projet de centre de pédiatrie sociale, dont l’ouverture sera soulignée à la fin de la semaine.

Mais elle compte aller plus loin notamment en offrant un programme d’accompagnement dans les camps de jour pour intégrer les enfants ayant des besoins particuliers aux groupes réguliers. 

Jouer dans la rue

Évoquée une première fois à l’été 2016, l’implantation du projet « Dans ma rue, on joue », qui vise à permettre aux jeunes de jouer librement dans les rues résidentielles, devrait aussi se concrétiser d’ici un an. Un projet-pilote pourrait être lancé dans certains quartiers qui ont déjà manifesté de l’intérêt, dit Pascal Bonin. 

« J’ai passé ma jeunesse avec deux filets de hockey de chaque côté [de la rue]. À cette époque-là, ils nous aimaient mieux dehors qu’en dedans. Aujourd’hui, les enfants sortent et il y a des appels à la police parce que ça dérange des gens. [...] Je pense qu’il reste des discussions à avoir avec les citoyens », estime le maire qui souhaite obtenir « l’acceptabilité sociale » pour ce projet.         

Pascal Bonin souligne que certaines actions posées par l’administration municipale, comme la traverse piétonnière colorée des rues Vittie et Glen ainsi que les œuvres ludiques de Granby est zoo, démontrent déjà une préoccupation pour la petite enfance. 

« Je pense que d’investir dans les jeunes, c’est la meilleure décision qu’on ne peut pas prendre. On parle de société inclusive, mais inclusif veut aussi dire pour les plus petits qui n’ont souvent pas de voix », dit-il. 

Sentiment d’appartenance

« Dans les dernières années, les responsabilités des villes ont connu des changements majeurs. Il y a 20, 30 ans, on demandait aux villes que les trottoirs soient entretenus, qu’on fasse de l’asphalte, qu’on déneige, qu’on ramasse les vidanges efficacement. Aujourd’hui, on est ailleurs. On est dans les aménagements de parcs, dans les milieux de vie, les saines habitudes de vie. On en demande beaucoup plus aux municipalités », fait pour sa part valoir le président du Carrefour action municipale et famille, Martin Damphousse. 

Selon lui, Granby envoie maintenant le message qu’elle est là pour les enfants. Il s’agit d’un « choix politique ». Mais c’est aussi un élément essentiel pour toute municipalité qui veut se faire attractive auprès des jeunes familles, dit-il. 

Le maire Bonin rappelle qu’avant de cibler les tout-petits, la Ville s’est également positionnée et a investi dans la jeunesse (les 14-25 ans) au cours des dernières années. Il dit souhaiter que les jeunes développent ainsi un sentiment d’appartenance et de fierté envers la Ville, de sorte qu’ils choisiront à leur tour d’élever leur famille à Granby une fois leurs études complétées.

Granby a déjà un fort pouvoir d’attraction sur les aînés. Pascal Bonin aimerait maintenant que ce pouvoir s’exerce aussi sur les jeunes familles. « On a une population vieillissante. Le renouvellement est très important [...]. Je pense que Granby, amie des enfants fait partie du virage qu’on doit entreprendre. » 

À ce jour, 52 municipalités et une MRC québécoises ont obtenu l’accréditation Amie des enfants. À l’échelle mondiale, ce programme d’accréditation et de reconnaissance de l’Unicef regroupe plus de 1000 villes. « Je pense que c’est un plus qu’on donne à notre municipalité », affirme Pascal Bonin.