Incapable de conclure une entente avec les propriétaires d’un terrain de la rue Simonds Sud, la Ville de Granby a lancé des démarches d’expropriation pour en acquérir certaines parcelles en bordure de rue afin d’aménager une piste multifonctionnelle.
Incapable de conclure une entente avec les propriétaires d’un terrain de la rue Simonds Sud, la Ville de Granby a lancé des démarches d’expropriation pour en acquérir certaines parcelles en bordure de rue afin d’aménager une piste multifonctionnelle.

Granby lance un processus d’expropriation pour créer une piste multifonctionnelle

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Incapable de conclure une entente avec les propriétaires d’un terrain de la rue Simonds Sud, la Ville de Granby a lancé des démarches d’expropriation pour en acquérir certaines parcelles en bordure de rue afin d’aménager une piste multifonctionnelle, entre le boulevard Fortin et la rue Denison Ouest.

Ce projet est dans les cartons de la Ville depuis près de deux ans. Il était inscrit au programme d’immobilisation triennal (PTI) de 2019. Des discussions ont été réalisées au cours de la dernière année avec les propriétaires du terrain, soit la succession Florence Blunt. Mais aucune entente de gré à gré n’a pu être conclue.

«On a tenté tous les aspects de la négociation possible. C’est une fin de non-recevoir. Techniquement, on a absolument besoin de ce petit bout de terrain-là pour faire la piste. Et pour nous, il n’est pas question de pénaliser l’ensemble des citoyens pour un seul propriétaire», a commenté le maire Pascal Bonin aux médias, à l’issue de la récente séance du conseil municipal.

Le maire croit que le projet ne peut pas être retardé «indéfiniment». «Après deux ans, il faut aller de l’avant. (...) On est rendu à l’expropriation. Et les villes ont le droit de le faire», dit-il.

Objectif 2021

Selon le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Benoit Carbonneau, les démarches d’expropriation visent trois petites lisières de la terre agricole, présente dans ce secteur. Les lisières en questions sont situées rue Simonds, près des intersections du boulevard Fortin et de la rue Denison Ouest.

«Près de la rue Fortin, on fait un élargissement [de la voie publique] parce qu’on a une bretelle pour tourner vers la rue Fortin. C’est la même chose près de la rue Denison. On fait un élargissement pour arriver en face de la piste cyclable qui est déjà présente de l’autre côté. Pour le reste, on va travailler dans l’emprise de la rue [Simonds] existante. On n’avait pas besoin d’acquisition [de terrain] supplémentaire», fait valoir M. Carbonneau.

Un budget de 750 000 $ a été inscrit au PTI pour la réalisation de l’ensemble de ces travaux. Benoit Carbonneau croit qu’ils pourraient débuter l’an prochain, soit à partir du moment où l’expropriation aura été approuvée.

Il n’est pas nécessaire, selon lui, que les démarches avec le Tribunal administratif du Québec pour fixer l’indemnité versée par la Ville pour acquérir les parcelles aient été complétées.

La Ville envisage par ailleurs de réaménager éventuellement l’intersection des rues Simonds Sud et Denison Ouest. L’ajout d’un carrefour giratoire ou des feux de circulation est projeté. Mais, pour l’heure, les acquisitions de terrain ne visent que l’aménagement de la piste multifonctionnelle, souligne Benoit Carbonneau.

Ouverts aux discussions

L’un des membres de la succession Florence Blunt, Richard Lantagne, affirme que les membres de sa famille étaient ouverts aux discussions. Mais la somme proposée par la Ville pour l’acquisition des lisières de terrain n’était pas suffisante.

Il y avait peu de place aux négociations, selon M. Lantagne.

Les démarches d’expropriation suivront maintenant leurs cours.