Depuis jeudi matin, un imposant éléphant rose veille désormais à l’angle des rues Denison Est et de la Gare, tandis qu’un chameau turquoise agit comme un aimant sur les enfants au parc Miner.

Granby est zoo: trois nouvelles œuvres ludiques

Un éléphant rose, un chameau turquoise et un suricate jaune : trois nouvelles œuvres animalières ludiques ont été dévoilées jeudi, dans le cadre du lancement de l’an deux de la campagne Granby est zoo.

Ces œuvres s’ajoutent au nouveau zoo virtuel, aménagé sur un parcours extérieur d’une longueur de deux kilomètres au centre-ville, dont La Voix de l’Est a dévoilé les détails jeudi. Le téléchargement de l’application GranbyEstZoo, gratuite sur Google Play ou App Store, est nécessaire pour découvrir ce nouveau volet numérique de la campagne, lancée l’année dernière.

« Est-ce qu’il est possible dans une ville de faire sourire les gens ? Est-ce qu’il est possible d’amuser les gens et de jouer avec la ville ? Je pense que oui. On est en train de réussir. Il faut oser faire les affaires différemment », a déclaré le maire Pascal Bonin, à l’occasion d’un point de presse.

Depuis jeudi matin, un imposant éléphant rose veille désormais à l’angle des rues Denison Est et de la Gare, tandis qu’un chameau turquoise agit comme un aimant sur les enfants au parc Miner. Une classe de maternelle de l’école du Phénix a d’ailleurs été invitée à le découvrir jeudi matin. Les bambins ne se sont pas fait prier pour grimper sur son dos. Ils ont eu ce privilège, car ils avaient participé l’automne dernier au sondage de Commerce tourisme Granby et région (CTGR) afin de choisir la couleur de l’éléphant.

« L’éléphant, je pense qu’il pouvait juste arriver chez nous, à Granby. Je ne pense pas qu’une ville aurait eu l’audace et aurait osé mettre un éléphant rose en quelque part », a lancé le maire, en saluant la collaboration des citoyens pour le choix de la couleur.

Un suricate jaune se dresse devant les locaux de La Voix de l’Est, rue Dufferin.

Exemple
La troisième œuvre, un suricate jaune d’une hauteur de 3,6 mètres, se dresse pour sa part à l’avant des locaux de La Voix de l’Est, rue Dufferin. Il s’agit de la première participation d’une entreprise privée à Granby est zoo. « La Voix de l’Est est un journal qui fait de l’information. Mais on a aussi le rôle de s’impliquer dans la communauté. Et c’est ce qu’on voulait faire. D’être les premiers à donner le signal, c’était important », a affirmé le président éditeur, Alain Turcotte, en espérant que d’autres entreprises suivront l’exemple.

Ces trois œuvres s’ajoutent à l’hippopotame vert lime de la place de la Gare, à la girafe rouge de la place Johnson ainsi qu’au gorille bleu du Palace, installés l’an dernier. Les sculptures ont toutes été réalisées par le duo d’artistes granbyens Marco de Muri et Jean-Yves Rhéaume.

« On est contents que ce soit pour la Ville et vu par plein de monde », affirme Marco de Muri. Les nombreuses personnes désirant se faire photographier avec les œuvres sont la preuve qu’il s’agit d’un concept gagnant, selon lui.

Le travail des artistes a d’ailleurs été remarqué. Ils pourraient éventuellement travailler sur un projet qui présente des similitudes avec ce qu’ils ont fait à Granby, dans une autre ville québécoise. Des discussions à cet effet sont en cours, confirme Jean-Yves Rhéaume, qui préfère toutefois ne pas s’avancer davantage pour le moment.

« Je ne pense pas qu’une ville aurait eu l’audace et aurait osé mettre un éléphant rose en quelque part », a lancé le maire, Pascal Bonin, lors du dévoilement des détails de la campagne Granby est zoo.

Attrait
Aux yeux de la présidente de CTGR et conseillère municipale, Julie Bourdon, les œuvres et le zoo virtuel, qui utilise la technologie de la réalité augmentée, se complètent de façon à créer un attrait touristique en soi. « Ça nous permet d’avoir un parcours très intéressant entrecoupé d’œuvres permanentes ludiques et d’œuvres virtuelles, qu’on peut prendre en photo. On vient de créer un attrait supplémentaire qui peut durer facilement deux, trois heures », dit-elle.

Dans le cadre du zoo virtuel, girafe, tortue, gorille et autres animaux, animés et grandeur nature, apparaissent à des endroits choisis de la ville (parc Victoria, hôtel de ville, église Notre-Dame, etc.), à l’écran des téléphones intelligents et des tablettes, grâce à la nouvelle application développée par ArtBox et SimFusion, deux entreprises montréalaises.

CTGR a été référée à ArtBox par une entreprise granbyenne qu’elle a consultée dans le cadre du déploiement du volet numérique, précise Julie Bourdon.

Détail : le Zoo de Granby, où l’un des arrêts du zoo virtuel a été installé à l’extérieur des guichets d’entrée, a également participé au projet en bonifiant l’application d’un angle éducatif sur les animaux en vedette.

Selon Mme Bourdon, un budget de 155 000 $, incluant une enveloppe de 30 000 $ aux travaux publics pour divers travaux d’installations, est consacré cette année à la campagne Granby est zoo. Cela inclut la promotion, le développement de l’application et le déploiement du parcours de réalité augmentée, ainsi que les nouvelles œuvres et une autre nouveauté prévue en juillet.

Une nouvelle mouture de Granby est zoo pourrait être présentée en 2019. À l’origine, la campagne était prévue sur un horizon de trois ans. Le conseil municipal aura néanmoins à se prononcer au cours des prochains mois sur la poursuite du projet et, dans l’affirmative, sur la forme que cela pourrait prendre. « On va regarder les tendances et voir où ça peut nous amener », affirme Mme Bourdon.