Le groupe Mouvement nettoyons Granby, actif sur Facebook, compte près de 200 membres dont une trentaine se sont déplacés samedi matin pour la corvée de nettoyage.

Granby encore plus propre grâce à une corvée de déchets

La ville de Granby est plus propre que jamais depuis qu’une troisième corvée de déchets citoyenne a permis de ramasser plus de 400 livres de déchets. Une trentaine de bénévoles ont pris part à l’opération nettoyage organisée par Olivier Quimper, de la communauté web Mouvement nettoyons Granby.

Après le trashtag challenge organisé par des étudiants du Cégep de Granby, à la fin avril, et la corvée de nettoyage organisée par Vie culturelle et communautaire de Granby (VCC) dans le cadre la Fête de la rivière, d’autres citoyens ont aussi mis la main à la pâte.

30 personnes présentes

Le groupe, essentiellement actif sur Facebook, compte près de 200 membres dont une trentaine se sont déplacés samedi matin pour l’activité.

« Je ne m’attendais pas à un tel succès, c’est vraiment motivant, avoue le fondateur du groupe et coordonnateur du mouvement, Olivier Quimper. C’est surprenant comment en peu de temps on peut faire une grosse différence. »

Une trentaine de bénévoles ont pris part à l’opération nettoyage organisée par Olivier Quimper, de la communauté web Mouvement nettoyons Granby.

M. Quimper a divisé les bénévoles qui se sont présentés en quatre groupes, chacun affecté à un secteur. Les environs du secteur industriel, de la rue Dorchester, du cimetière Cowie et du skate park ont ainsi été nettoyés par les groupes.

« À l’automne, j’ai constaté que ces secteurs-là étaient vraiment sales et depuis longtemps. Avec la fonte de la neige, c’était le temps sinon personne ne va jamais ramasser ces déchets », craignait-il. Malgré les deux précédentes corvées, le groupe d’Olivier Quimper a pu ramasser une masse considérable de détritus.

« Vie culturelle et communautaire nous ont approchés et nous ont demandé de jumeler les deux événements. Pour cette année ça n’a pas été possible, mais je ne dis pas non pour l’année prochaine. Ça pourrait permettre de couvrir tous les secteurs en même temps dans une corvée de nettoyage encore plus grosse », avance-t-il.

Selon M. Quimper, VCC a défrayé les coûts du triage des déchets amassés, tâche confiée à Sani-Eco à la fin de l’opération.

Olivier Quimper estime que son groupe pourrait organiser une seconde activité semblable à la fin de l’été. Il attend toutefois de voir la disponibilité des intéressés avant de mettre l’opération sur pied.