Juan Rincòn a abordé sans détour le sujet de la croissance personnelle.

«Granby en parle»: partage de connaissances au marché public

L’heure était à la discussion samedi au Marché public de Granby. Une dizaine de jeunes conférenciers ont pris parole dans le cadre de l’événement « Granby en parle » pour discuter de sujets qui les préoccupent.

Le rassemblement organisé par l’étudiante en philosophie Daphné Poulin a porté ses fruits alors que onze citoyens, la plupart vingtenaires, ont pu s’exprimer à tour de rôle.

« Le partage de connaissance est vraiment important pour moi, a souligné l’organisatrice. Je crois que les jeunes manquent d’opportunités pour s’exprimer. Lorsque tu n’as pas de doctorat ou de maîtrise, il n’y a pas beaucoup de tribunes qui s’offrent à toi. »

Inspirée du concept des conférences TED, la discussion permettait aux participants d’aborder le thème de leur choix.

« Il s’agissait vraiment de vulgariser une idée en 15 minutes. Les gens pouvaient parler de leur expérience personnelle, d’un sujet de recherche ou de ce qui les intéresse en général », a précisé Daphné Poulin.

Juan Rincòn a par exemple abordé sans détour l’importance de la croissance personnelle, tandis que Simon Kassab a poursuivi en témoignant de certaines stratégies pour s’autodiscipliner.

Étape importante
Pour Dylan Pincince, l’événement prenait une signification toute particulière puisqu’il s’agissait de la première fois qu’il revenait sur son parcours de vie difficile devant un public composé d’inconnus.

« C’était un peu une étape de prendre la parole aujourd’hui. J’ai subi beaucoup d’intimidation au primaire et quand je suis arrivé au secondaire, c’est moi qui suis devenu méchant. J’ai commencé à intimider les autres, à prendre de la drogue et à en vendre. Durant l’hiver 2015-2016, moi et un ami on a décidé de faire un vol à main armée. On a appelé ça “le coup du siècle”. J’ai été arrêté et c’est vraiment dans le centre jeunesse que j’ai eu un déclic et que je me suis rendu compte que j’avais gaspillé un temps précieux dans ma vie », a raconté celui qui espère faire comprendre à d’autres qu’il n’est jamais trop tard pour modifier son destin.

Bien que l’événement se voulait apolitique, « Granby en parle » n’a pas tout à fait été imperméable à la campagne électorale qui se concrétise peu à peu.

Le candidat solidaire, Alexandre Legault, et la candidate du Parti Vert, Elisabeth Dionne, dans Brome-Missisquoi étaient au nombre de conférenciers. Ils ont respectivement discuté de l’implication des jeunes en politique et de l’enjeu du changement climatique et de la protection de l’environnement.

L’organisatrice Daphné Poulin est elle-même candidate pour le Parti Vert dans Granby et ses adversaires politiques Chantal Beauchemin (Parti québécois) et Lyne Laverdure (Parti libéral du Québec) ont passé une partie de la journée à écouter les conférences avec beaucoup d’attention.

Le Carrefour jeunesse emploi des Cantons-de-l’Est avait prévu une enveloppe de 300 $ pour l’organisation de l’événement.

Au final, Daphné Poulin n’aura utilisé que 9,50 $.

« J’ai réussi à louer un système de son à l’université, j’ai seulement acheté une power bar ! », a-t-elle expliqué, tout en ajoutant qu’elle aimerait bien organiser un second événement semblable l’an prochain.