Granby en bref

Rue St-André : contrat accordé

Très cahoteuse, la chaussée de la portion de la rue Saint-André Ouest, située entre les rues Dufferin et Paré, s’apprête à faire peau neuve. Un contrat a été octroyé cette semaine à Pavage Maska par le conseil municipal, au coût de 670 419 $. L’entreprise de Saint-Hyacinthe a déposé la soumission la plus basse. Deux autres firmes avaient aussi répondu à l’appel d’offres de la Ville. Outre la réhabilitation structurale de la chaussée, le contrat inclut la réfection des trottoirs des deux côtés de la rue. Les travaux devraient débuter au début juin pour être terminés à la mi-juillet, selon le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire, Gabriel Bruneau. Des travaux similaires ont été réalisés l’an dernier rue Saint-André, mais entre les rues Saint-Antoine et Saint-Hubert. 

Barrage : coûts supplémentaires

Les élus ont accepté une nouvelle facture supplémentaire, dans le cadre du chantier de reconstruction du barrage du lac Boivin. Cette fois-ci, celle-ci atteint 115 000 $, une somme justifiée en bonne partie par la quantité de béton nécessaire, qui est plus élevée que ce qui avait été estimé pour la réalisation du déversoir, des piliers, des butées et des murs de soutènement. À ce jour, les coûts supplémentaires totalisent quelque 162 000 $, soit 4,6 % du mandat initial de 3,5 millions de dollars. La facture pourrait à nouveau grimper alors que de fortes pluies en janvier dernier ont perturbé le déroulement du chantier. Ces événements font toujours l’objet de négociation avec l’entrepreneur chargé des travaux, selon le directeur du Bureau de projets, Daniel Surprenant. Pas moins de 83 % des coûts du projet sont assumés par le Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). 

Nouvelle place ludique

Une nouvelle place ludique sera aménagée à la Place de la bibliothèque, soit en façade de l’édifice municipal, en bordure de la rue Dufferin. Un budget de 40 000 $ y sera consacré, ont convenu les membres du conseil municipal. Selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie, les travaux consistent essentiellement à ajouter de la peinture sur le béton, à remplacer le mobilier urbain, à procéder à la plantation d’arbres ainsi qu’à l’ajout de végétaux. Cela s’inscrit dans la nouvelle volonté de la Ville de prévoir, lorsque cela est possible, des aménagements qui contribuent à animer la Ville, a déjà expliqué le maire, Pascal Bonin. 

Nouvelles œuvres d’art

La Ville de Granby a lancé les démarches pour faire l’acquisition de deux œuvres d’art, en vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics du gouvernement du Québec, à laquelle elle est soumise. La première œuvre aura sa place dans le vestibule du pavillon Notre-Dame. Selon les calculs de la politique, la somme de 93 000 $ y est consacrée, soit 12 000 $ pour la préparation des maquettes et 81 000 $ pour l’acquisition de l’œuvre. Trois artistes ont été présélectionnés et disposeront de 4000 $ chacun pour préparer une maquette. L’une d’elles sera retenue pour la fabrication de l’œuvre. Des frais de 18 600 $ seront aussi acquittés au ministère de la Culture et des Communications pour la gestion de ce projet. Le processus est le même pour le centre aquatique, mais le budget total y est de 190 000 $, soit 20 000 $ pour la fabrication des maquettes par les quatre artistes présélectionnés et 170 000 $ pour l’acquisition de l’œuvre. Des frais de 38 000 $ sont aussi à prévoir au ministère pour la gestion du projet.