La Ville de Granby a déposé un nouveau Plan environnement lundi. Le détail des 85 mesures qui seront mises en action d’ici 2023 seront présentées vendredi prochain.
La Ville de Granby a déposé un nouveau Plan environnement lundi. Le détail des 85 mesures qui seront mises en action d’ici 2023 seront présentées vendredi prochain.

Granby dépose son Plan environnement

La Ville de Granby a déposé lundi soir la nouvelle mouture de son plan vert, rebaptisé Plan environnement. Celui-ci prévoit la mise en oeuvre de 85 actions d’ici 2023, dont l’adoption d’une politique de l’arbre.

Le détail des actions sera dévoilé vendredi, à 10h, sur le site web de la Ville, a laissé savoir le maire Pascal Bonin, lors de la première séance ordinaire de juin.

La présidente du comité environnement et conseillère municipale, Catherine Baudin, n’a toutefois pu s’empêcher de se réjouir. «Le Plan environnement est enfin sur les rails. On a travaillé très fort», a-t-elle lancé.

Selon elle, le document est le fruit d’un travail de collaboration entre les citoyens, les partenaires de la Ville et l’administration municipale. Quelque 3150 citoyens ont participé à un sondage web, plus de 2230 idées ont été lancées et 33 organismes ont été consultés lors d’un forum des partenaires tenu l’an dernier.

«On ne s’attendait pas au succès de notre sondage web. On a dû décortiquer les quelque 3150 réponses et 2200 commentaires. En regroupant tout ça, je me suis retrouvée à analyser plus de 900 idées», a souligné Mme Baudin aux médias, lors d’une mêlée de presse tenue par vidéoconférence au terme de la séance du conseil.

Selon la conseillère municipale, le document, lié à la planification stratégique de la Ville, servira dorénavant de «base de travail», ainsi que de «guide de réflexion et d’action». «Le Plan environnement va nous aider à adapter la réglementation municipale pour qu’elle réponde mieux aux besoins de la société d’aujourd’hui», dit-elle.

«Le Plan environnement va nous aider à adapter la réglementation municipale pour qu’elle réponde mieux aux besoins de la société d’aujourd’hui», dit la présidente du comité environnement et conseillère municipale, Catherine Baudin.

Pas assez loin ?

Catherine Baudin n’a, pour l’heure, précisé qu’une des 85 mesures prévues dans le plan, soit la mise en place d’une politique de l’arbre «pour éviter les coupes d’arbres inappropriées, car notre forêt urbaine joue un rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques».

La conseillère Julie Bourdon salue le travail effectué, mais elle estime toutefois que le Plan ne «va pas assez loin au niveau de la diminution des gaz à effet de serre».

«La Ville s’est engagée en janvier dernier, via la Déclaration d’urgence climatique, à mettre en place des actions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Je crois que la Ville aurait pu être plus audacieuse et accélérer la mise en place d’actions visant la mobilité durable et l’étalement urbain», a-t-elle fait valoir lundi.

«Le plan n’est pas coulé dans le béton. Il va pouvoir évoluer en fonction de ce qui nous attend et de ce qu’on va traverser. On va s’ajuster. On devrait arriver à satisfaire pas mal de monde», a renchéri Catherine Beaudin.

Certains trouveront que le plan ne va pas assez loin, tandis que d’autres jugeront qu’il va trop loin, estime le maire Pascal Bonin. Et «c’est normal», croit-il.

Le précédent Plan vert de la Ville avait été adopté en 2008. Un premier plan d’action avait été élaboré pour les années 2009-2014 et un second pour la période s’étirant de 2015 à 2018.

L’adoption d’un nouveau plan s’imposait, croit le maire Bonin. L’environnement occupe désormais une place prépondérante dans les priorités des citoyens et le développement des municipalités.