Le projet de la coopérative d’habitation La Passerelle devrait finalement voir le jour à l’angle des rues Robitaille et Neil, à Granby.

Granby appuie le logement social

La route a été longue et parsemée d’embûches. Mais plus rien ne semble empêcher la réalisation du projet de coopérative d’habitation La Passerelle, dans les cartons depuis 2014. La Ville de Granby a accepté de bonifier sa participation financière dans ce projet pour atteindre 742 000 $.

« On est en marche. Notre projet cheminait, mais on pense qu’il est maintenant sur la voie rapide pour pouvoir se concrétiser », s’est réjoui mardi le président du conseil d’administration de la coopérative, Michel Benoit.

« On s’était déjà engagé pour plus de 500 000 $ dans ce projet-là en 2015. La somme paraît grosse ce soir, mais il y a déjà de l’argent qui dort depuis un bout de temps dans nos coffres », a pour sa part précisé le maire Pascal Bonin lundi, en mêlée de presse, à l’issue de la dernière séance du conseil municipal.

La phase un du projet de la coopérative d’habitation permettra la construction de 40 logements sociaux pour aînés, au coût de 7,4 millions $. Deux immeubles de 20 logements — des 31/2 et des 41/2 — seront construits. En plus de la contribution de la Ville, le financement provient de la Société d’habitation du Québec (SHQ), d’une garantie hypothécaire de la SHQ et des sommes amassées par le conseil d’administration, détaille Michel Benoit.

La Ville s’est également engagée à assumer 10 % des coûts du Programme supplément au loyer pour un maximum de 20 unités. À cela s’ajoutent les coûts de la desserte d’aqueduc et d’égout, estimés à 155 000 $, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.

Terrain

Selon le président du C.A., les astres semblent finalement alignés pour que le projet, qui se distingue des logements sociaux de l’Office municipal d’habitation (OMH) par le milieu de vie qu’il offre, voie enfin le jour. En plus des délais administratifs, les démarches pour dénicher le terrain adéquat pour accueillir ce type d’immeubles ont été particulièrement difficiles.

Au début de 2018, les administrateurs de la coopérative avaient jeté leur dévolu sur un terrain de la rue Robinson. Mais la Ville n’a pas donné le feu vert au changement de zonage nécessaire pour permettre la construction des immeubles, la proximité de certaines entreprises n’étant pas jugée appropriée.

C’est finalement à l’angle des rues Robitaille et Neil, sur un terrain vacant propriété des Trinitaires, que le projet verra le jour. Le zonage est déjà adéquat. Les services municipaux sont à proximité. « Tout est beaucoup plus simple », commente Michel Benoit.

L’endroit a d’ailleurs déjà une superficie suffisamment grande pour permettre la réalisation d’une éventuelle phase deux, où deux autres immeubles de 20 logements pourraient être érigés. L’aménagement d’un vaste espace communautaire avec un parc et des jardins est prévu au cœur des édifices, tous interreliés.

Été 2020

Dans le meilleur des mondes, l’appel d’offres sera lancé en août, afin que la construction de la première phase démarre à l’automne. La livraison des logements est prévue à l’été 2020, relève Michel Benoit. La moitié des unités sera offerte aux personnes de 75 ans et plus, l’autre aux personnes un peu plus jeunes avec une légère perte d’autonomie. Des espaces communs, dont une salle à manger et des salles multifonctionnelles, sont inclus dans le projet.

De 25 à 50 % des locataires devront répondre aux mêmes critères d’admissibilité au niveau financier que ceux de l’OMH, mais ils devront néanmoins être acceptés comme membres de la coopérative. « On crée un milieu de vie. Donc, les gens qui vont y résider doivent avoir un profil qui leur permette de contribuer au dynamisme de ce milieu de vie. [...] On va créer une mixité de clientèle, tous des retraités », précise le président du C.A.

Selon lui, des rencontres d’informations seront organisées pour présenter les détails du projet à la population. Au cours des dernières années, une liste d’attente a déjà été constituée avec les noms de plus d’une soixantaine de personnes intéressées à résider à La Passerelle. Un comité de sélection sera éventuellement mis en place pour cibler les premiers résidants.

Le maire Pascal Bonin a salué lundi la résilience des administrateurs de la coopérative, alors que le projet a eu du plomb dans l’aile à quelques reprises. « Ce ne sont pas les coups durs qui ont manqué », opine Michel Benoit.

Le feu vert à ce projet succède par ailleurs à l’annonce le mois dernier d’une autre révision à la hausse, soit à 5 millions de dollars, de la contribution financière de la Ville de Granby dans l’important projet de l’OMH de la Haute-Yamaska-Rouville. Celui-ci permettra la construction de 90 logements sociaux rue Saint-Jacques.

« C’est une excellente nouvelle. D’ici la fin 2020, on va avoir ajouté 130 logements sociaux à Granby, alors que ça a pris quasiment sept ans pour en mettre 24 », a pour sa part souligné le conseiller municipal responsable du développement social et communautaire, Robert Riel, en faisant référence au projet de la rue Le Corbusier.