Le Go Gym, situé sur la rue Denison Est, face au lac Boivin, déménage à l’Interplus à la fin du mois après que le propriétaire­, Yan Pellerin, ait vendu la bâtisse à un groupe de promoteurs immobiliers.

Go Gym s’entend avec Interplus

L’intersection de la rue Denison Est et de la rue Vittie est appelée à changer de visage, dans les prochains mois. La salle de conditionnement physique Go Gym déménage à l’Interplus à la fin du mois, le propriétaire Yan Pellerin ayant vendu l’édifice à un regroupement de promoteurs immobiliers.

Dès le 27 avril, les membres de Go Gym devront ainsi se diriger vers la rue Dufferin pour s’entraîner.

« J’ai vendu le bâtiment à un groupe immobilier, confirme Yan Pellerin, propriétaire du centre de conditionnement physique. Ce n’était pas à vendre, mais en décembre, ils sont arrivés avec une offre que je ne pouvais pas refuser. Quand ça s’est finalement signé, je suis tombé short pour trouver des places où déménager le gym. J’ai essayé de négocier avec la salle de quilles en face. Je n’ai pas cherché ailleurs vu que c’était presque signé, mais ça n’a pas marché. »

Il a tenté de trouver un autre local où déménager ses installations, mais tout était hors de prix. Puis, il a évalué l’option d’acheter un autre centre de conditionnement physique. « On m’attendait avec des prix exorbitants, laisse-t-il tomber. Ce que j’ai trouvé, ce n’était pas viable ni dans le bon zonage. J’ai même payé des pénalités pour étirer le temps où je pouvais être là. »

Transfert graduel
L’entente avec Interplus s’est avérée la meilleure option.

« Le Go Gym ne cesse pas ses activités, il déménage dans l’établissement de l’Interplus. »

C’est du moins le cas des bureaux et des membres puisque les équipements seront en partie vendus, en partie entreposés. Les membres pourront, au terme de leur abonnement, s’abonner à l’Interplus avec un prix corporatif, ce qui leur permettra de payer le même prix qu’auparavant.

« C’est une fusion parce que j’amène ma compagnie à numéro là-bas. Je vais opérer là le temps que tous les membres soient transférés et ça peut durer jusqu’à 15 mois. On va être présent au moins jusqu’au dernier client. Ensuite je prendrai une décision de ce que je fais avec la compagnie. Je vais toujours tenter de me relocaliser, mais l’entente que j’ai avec Interplus me plait. »

Christian Laporte, copropriétaire de l’Interplus, évoque que les membres de Go Gym devront se conformer aux règlements de son établissement et qu’ils n’auront pas accès à ce qui ne figure pas dans les services de leur gym actuel, comme le court de tennis et les cours de groupe.

Yan Pellerin tient à assurer que le déménagement et la vente de l’édifice n’étaient pas dans les plans avant qu’il reçoive l’offre du groupe immobilier. Il avait même investi plus de 100 000 $ dans des équipements il y a moins d’un an.

Par ailleurs, comme le déménagement ne plait pas à tous les membres, M. Pellerin assure que ceux qui le souhaitent pourront être remboursés.

Agrandissement souhaité
Un autre projet avec Interplus a été annoncé par Go Gym dans une publication datée du 9 avril. Il est question d’un agrandissement de l’immeuble de l’Interplus pour loger un centre d’entraînement fonctionnel pour les jeunes athlètes, entre autres. M. Pellerin ajoute qu’il y aura beaucoup d’entraînements privés, semi-privés ou de groupe. « Ce ne sera pas un gym normal », dit-il.

Il souhaite attirer les écoles qui ont des volets sportifs, comme l’équipe des Titans du Verbe Divin, et leur offrir deux plages horaires par semaine d’entraînement adapté à leurs besoins.

Pour l’instant, rien n’est joué. « C’est en développement », souligne Christian Laporte.

Des discussions sont en cours et les deux entreprises devront obtenir les permis nécessaires auprès de la Ville. « On espère que ça va se faire et devenir un complément à l’Interplus, reprend le propriétaire de Go Gym. Ce serait au bout du pavillon de tennis et ce serait grand comme un court de tennis [...]. Il n’y a pas encore de documents de signés et il y a des demandes à la ville. Il y a un ruisseau en arrière », ajoute-t-il, conscient que cela pourrait compliquer les choses.

Le Speedy Gym reste sur DEnison
Le Speedy Gym, qui louait une partie des locaux de Go Gym, restera sur la rue Denison Est, annonce le propriétaire Dirk Waardenburg. Il pensait rester avec Go Gym, mais vu les circonstances, il déménagera dans les anciens locaux de Tendanse, au 193, Denison Est. « On va avoir 2000 pieds carrés pour la boxe et 2000 pieds carrés pour l’entraînement fonctionnel, précise M. Waardenburg. Le Speedy Gym existe depuis 18 ans et on a déménagé quelques fois. On devrait être là pour rester. »

Il compte aller chercher la clientèle qui souhaite s’entraîner de ce côté du lac. La salle d’entraînement fonctionnel sera prête en août, tandis que l’aile pour la boxe sera ouverte dès le 1er mai.

Un Dollarama face au lac Boivin ?

Une société en commandite, formée des Immeubles Allprime, de Plaza Retail Reit et Mighty Developments, s’est portée acquéreuse du 144, rue Denison Est et compte y établir un commerce de vente au détail dans les prochains mois. Selon nos sources, c’est un Dollarama qui s’établira à cette adresse.

Les associés sont en attente d’un permis de démolition de la partie la moins haute de la bâtisse construite en 1987.

« Lundi dernier, au comité de démolition [de la Ville de Granby], un dossier [nous a été présenté] pour la démolition de la section est du bâtiment et un agrandissement sur le côté ouest pour un projet commercial de vente au détail », confirme Gabriel Bruneau, directeur du service de planification et de gestion du territoire.

Un avis de démolition a d’ailleurs été installé sur le bâtiment peu avant la présentation du dossier au comité. Lorsqu’un dossier passe au comité, un plan de réutilisation du sol doit être présenté, explique pour sa part Alain Chevalier, chef inspecteur à la division des permis et de l’inspection. 

Le comité s’est montré favorable au dossier. Un délai de 30 jours est nécessaire pour l’attribution du permis.

Alex Shapcott, gestionnaire de territoire chez les Immeubles Allprime, n’a pas voulu confirmer la bannière qui s’installera à cette adresse.